Épisode 180 : Qu’on le veuille ou non, les compteurs de likes font depuis toujours partie des fondations des plateformes sociales. Initialement simples outils d’engagement, les petits pouces bleus ou coeurs rouges ont pris avec le temps une place centrale dans notre manière de consommer du contenu et d’appréhender les autres sur le web. Pour le meilleur mais aussi pour le pire…Mais, voilà, Il semblerait que l’Ere du Like tout puissant soit peut-être bientôt derrière nous. Les signaux se multiplient et le dernier en date nous vient tout droit de chez Instagram : La fin du Like aurait sonnée !

Instagram envisage de retirer les compteurs de likes sous les publications

«Nous voulons que vos abonnés se concentrent sur ce que vous partagez, et non sur le nombre de mentions de vos posts. Au cours de ce test, seule la personne qui partage un message voit le nombre total de likes qu’il obtient. ».

C’est comme ça que Instagram décrit un test de modification de conception apparemment petit avec un impact potentiel énorme sur le bien-être des utilisateurs.

Pour l’instant un test en prototype

Le test a été repéré par Jane Manchun Wong, experte en rétro-ingénierie. Elle a repéré de nombreuses fonctionnalités Instagram avant leur confirmation ou leur lancement officiel. 

Instagram a confirmé qu’il s’agissait d’un test interne que le public ne peut pas voir pour le moment. Dans une déclaration, un porte-parole d’Instagram a déclaré que la fonctionnalité n’était pas testée « pour le moment », mais :

« explorer des moyens de réduire la pression sur Instagram est une chose à laquelle nous pensons constamment ».

La pression ?

Instagram pourrait créer des problèmes de santé mental

Ce changement correspond à une conviction croissante selon laquelle le nombre de points de comparaison peut être contre-productif, voire nuisible pour la psyché des utilisateurs.

Les médias sociaux augmentent votre stress !

Diverses études ont également établi un lien entre l’utilisation d’Instagram et des problèmes de santé mentale.

Selon un sondage mené en 2017, Instagram est « le pire réseau de médias sociaux pour la santé mentale et le bien-être ».

La plate-forme contribuerait notamment à accroître les niveaux d’anxiété et de dépression.

Il y a à ce titre un certain nombre d’usages préoccupants : Les adolescents suppriment régulièrement les publications Instagram qui ne reçoivent pas assez de «j’aime».

Pourquoi ce serait bien

  • Cacher les likes pourrait réduire les comportements dits « de troupeaux ». Les gens aiment ce quoi a déjà eu des tonnes de j’aime.

Ce serait peut-être le moyen de voir apparaitre une richesse supplémentaire de contenu et éviter la multiplicité de contenus identiques.

  • Cacher les likes pourrait réduire le sentiment de concurrence sur Instagram, car les utilisateurs ne compareront pas leurs propres comptes avec ceux d’amis plus populaires ou de créateurs de superstars.

Et cela pourrait encourager les créateurs à publier ce qui semble le plus authentique au lieu d’essayer de créer des « J’aime » pour que tout le monde les voie.

  • Cacher les likes offrirait encore davantage de place au conversationnel.

C’est marquant sur les captures d’écran du prototype.

Oui mais l’algorithme sera toujours piloté par le compteur de likes…

L’algorithme de flux d’Instagram s’appuie sur les j’aime pour mesurer la popularité d’un message.

Par conséquent, même s’ils ne sont pas aussi visibles, ils resteront le point de mire de ceux qui cherchent à accroître leur visibilité et à augmenter leur suivi. 

Les stories déjà une réponse

En 2016, déjà le co fondateur d’Instagram, Kevin Systrom, expliquait que l’ abandon de la pression induite par le compteur de Like était l’un des moteurs du lancement d’Instagram Stories.

Du côté de Twitter aussi on est préoccupé être on envisage de faire disparaitre les compteurs

Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a déjà noté que le nombre de followers n’avait plus aucune signification.Lors d’une conférence TED plus récente à Vancouver , Dorsey a déclaré que:

«Si je devais redémarrer le service, je n’insisterais pas autant sur le nombre de« retweets ». Je ne pense même pas que je les créerais, car cela n’aide pas réellement à savoir si une contribution est bénéfique au réseau.  »

Snapchat n’a jamais montré les compteurs de likes

Et Snapchat n’a jamais montré le nombre de suivis ni même le nombre de suiveurs, ce qui lui a semblé moins stressant, mais également moins utile pour les influenceurs.

Une grosse pression réglementaire autour de ce sujet

Le changement possible intervient également à la suite de la proposition de réglementation au Royaume-Uni qui désactiverait les boutons « J’aime » dans les publications de moins de 18 ans, dans l’espoir de rendre les médias sociaux plus sûrs pour les jeunes utilisateurs et leurs données. B

Bien qu’aimer une photo semble inoffensif, chaque fois qu’un utilisateur appuie sur un bouton « J’aime », cette information est utilisée par les annonceurs pour compiler des informations sur l’utilisateur, souvent à son insu.

Si les likes disparaissent, est-ce la fin des influenceurs ?

Cela semble bienveillant et correspond à toutes les études qui suggèrent que les médias sociaux stressent les gens . Mais comme c’est apparemment le cas pour tout ce qui concerne les modifications apportées à Facebook / Instagram, le motif ultime se résume peut-être à une chose : l’argent.

. . .

Considérez ceci: La première chose que tout spécialiste du marketing examine lorsqu’il évalue une publication, un flux ou un influenceur Instagram, est le taux d’engagement , une mesure rapide du nombre de personnes, en tant que pourcentage du nombre total de suiveurs, de contenus ou de commentaires d’une publication. Si vous ne pouvez pas dire qui a des fiançailles et qui ne les a pas, travailler avec un influenceur est beaucoup moins attrayant.

Il devient également plus probable que les dépenses autrefois réservées aux influenceurs deviennent des achats directs avec la plateforme elle-même. Mesurer le véritable retour sur investissement du marketing d’influence est déjà assez difficile . Supprimer les données critiques de l’équation ne ferait qu’exacerber ce problème.

Selon des estimations, le secteur des influenceurs Instagram pèse déjà entre 2 et 5 milliards de dollars par an et deviendra une industrie de 10 milliards de dollars d’ici 2020 . Actuellement, Facebook ne voit pas un centime de ce marché. Mais un changement majeur de la plate-forme Instagram comme celle-ci freinerait rapidement cette croissance et commencerait probablement à réorienter ces dépenses vers les coffres de Zuckerberg.

. . .

Le Super Daily est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.



Partager cet épisode