Épisode 459 : Il ne se passe pas une semaine sans qu’éclate un conflit opposant une communauté d’internautes à une personnalité ou une marque bien ciblée. Et au coeur de ses conflits on voit très vite apparaitre des invitations à l’annulation collective, au boycott. C’est ce qu’on appelle la Cancel culture.

C’est quoi la cancel culture ?

La Cancel Culture est une pratique née aux États-Unis consistant à dénoncer publiquement, les individus ou les groupes responsables d’actions ou de comportements perçus comme problématiques.

La Cancel culture si je dois résumer, c’est un moyen de discréditer, de bannir de l’espace public une personne ou même un mouvement par tous les moyens possibles. Même si parfois le lien entre La cible X et le problème Y peut paraître confus »

Où est né le terme de Cancel Culture ?

Apparition en 2013 suite au tweet de Justine Sacco directrice d’un service de relations presse. « En route pour l’Afrique, j’espère ne pas attraper le SIDA, je plaisante, je suis banche »
Immédiatement des twittos ont créé le #hasjustinelandedyet, « Est-ce que justine atteri » ?

Justine est encore dans l’avion que son patron est déjà en train de condamner publiquement ses propos

En France on parle aussi de Culture du Boycott.

Côté US, il faut rappeler que la pratique de la délation ou de la dénonciation est acceptée depuis longtemps aux États-Unis. On y trouve des traces historiques notamment dans les fameuses affiches Wanted des westerns.

En France on aime pas trop la délation… pourtant, petit à petit on voit la Cancel Culture prendre le dessus.

Sexiste, raciste, pas suffisamment écolo, non port du masque… La « cancel culture », surveille aujourd’hui le moindre faux pas des marques et de leurs représentants.

Si je te dis : Loréal, Le Slip Français, Décathlon, HSBC… est-ce que tu peux me dire ce que ces marques ont en commun ? Et bien rien que pour cette année 2020, elles se sont toutes retrouvées accolées au hashtag #boycott sur Twitter.

La Cancel Culture c’est super violent

1. La cancel culture se construit sur la présomption de culpabilité

Les réseaux sociaux sont, considérés comme un endroit salutaire où la parole des victimes est écoutée alors que ce n’est pas forcément le cas ailleurs.

C’est bien et ça permet de faire émerger un paquet de sujets graves comme par exemple #metoo.

Le revers de la médaille, c’est que sur les réseaux toute accusation est considérée comme vraie.

Rappelons qu’en France comme aux États-Unis, le système judiciaire repose sur la présomption d’innocence.

2. La cancel culture s’appuie sur un principe d’abstraction

Ok soyons clairs, ce n’est pas sur les réseaux sociaux qu’il faut chercher pour trouver des débat profonds et dans la nuance. Ce n’est pas non plus le lieu des argumentaires développés. Il faut écrire, simple, efficace et de façon à susciter l’attention.

L’abstraction remplace les détails concrets par une déclaration plus générique.

Trop long de raconter qu’une salariée du Slip Français à fait une black face bien conne et déplacée dans son cercle perso. On préfère simplifier en disant que la marque Le Slip Français est une marque de racistes.

La cancel culture c’est une mécanique dans laquelle tu es 100% ce que tu dis ou fais

Est-ce que tenir un propos déplacé qui peut être interprété comme sexiste fait de nous des personnes profondément sexistes ?

Est-ce que quand la marque Zara fait une photo d’un petit enfant noir portant un sweat-shirt marqué « Coolest Monkey in Town » elle est forcément une marque de racistes pour les racistes.

[rappel du cas Zara]

——

La Cancel Culture : Une nouvelle façon de militer ?

On le sait les réseaux sociaux sont le territoire d’expression de toutes les récentes luttes sociales.

Certains revendiquent la cancel culture comme une nouvelle façon de militer.

Au risque de polariser les débats.

En plein coeur du mouvement #blacklivesmatter, L’Oréal prend la décision de supprimer les mots « blanchir » ou « blanchissant » dans la présentation de ses produits. Une décision forte, symbolique et finalement très peu communiquée hormis via une déclaration de marque le 27 juin sur Twitter.

Ce qui aurait pu être considéré comme un acte de marque fort, s’est transformé en bad buzz et l’appel au boycott n’a pas tardé à se faire entendre.

L’Oréal serait une marque raciste qui profite du mouvement pour se faire de la pub. Dégeulasse !On compte aujourd’hui plus de 75k tweets appelant au boycott de la marque.

Coup dur pour la marque et forcément impossible de lutter face à la meute numérique.

——

Soyons clair, on ne se remet jamais vraiment totalement d’une crise

Lorsque la meute se déchaîne ça laisse des traces. Des traces qui restent longtemps.

Même si la justice devait vous donner raison rappelons que le principe même de la cancel culture réside dans une logique d’annulation sociale globale.

Reprenant l’adage « il n’y a pas de fumée sans feu ».

Ok alors comment on s’en sort de tout ça ?

De l’importance de ne pas prendre à la légère ses annonces de marque

A ce petit jeu, les personnalités publiques et les marques deviennent les cibles désignées coupable avant même d’avoir bougé.

D’où la nécessité de marcher sur des œufs lorsqu’il s’agit de sujets potentiellement polémiques et clivants.

Le point de départ c’est sans doute de connaitre par coeur ses clients, ses audiences. Amis CM vous êtes au coeur de l’action c’est à vous d’humer l’air de la société et de ne pas hésiter à mettre un véto sur les sujets qui vont créer des polémiques incontrôlables.

——

Quelle communication crise lorsque ma marque est visée par une action de Cancel Culture

Avant toute chose, être en veille permanente et détecter au plus vite un sujet fâcheux

Mettre en place un système de veille active et en temps réel sur les réseaux sociaux constitue une stratégie efficace d’anticipation. Vous êtes ainsi informé de tous commentaires postés ou tous partages repris visant votre société.

Agir et s’organiser vite

Lorsqu’une société ou une marque devient la cible d’une action de cancel culture, une bonne préparation en amont permet de gagner un temps précieux.

Il faut agir vite pour ne pas se retrouver enseveli par les commentaires et les partages de contenus dégradants votre image de marque.

Communiquer avant que la presse ne s’en mêle

La cancel culture devient effective et fortement nuisible dès lors que les journalistes interviennent et reprennent l’événement via leurs médias. Le bad buzz devient officiel et indispensable que votre intervention soit irréprochable.

Stoppez immédiatement la programmation automatique de vos posts

Avant tout, déprogrammez tous les posts prévus et suspendez vos actions de communication.

Il vous faut analyser et élaborer une défense adaptée.

Préparez votre réponse officielle

L’important est avant tout rester serein, transparent et authentique. Selon le litige mis en cause, il est attendu de la marque de reconnaître ses erreurs et d’appliquer les sanctions nécessaires.

Soyons clair il s’agit ici de faire profil bas.

Si il ya eu bad buzz c’est qu’il y a eu incompréhension

Quelque part. Et si il y a eu incompréhension c’est que vous avez mal communiqué.

Même si le bad buzz semble avoir pris une ampleur ingérable sur la toile. Dites vous que celui ci va être repris par l’ensemble des médias et vous n’aurez pas d’autres choix que de communiquer.

Les maîtres-mots sont : reconnaitre ses torts, informer et rassurer.

L’importance d’un porte parole qui incarne la marque

Le rôle de porte-parole revient principalement au dirigeant de l’entreprise. Les médias veulent écouter son point de vue et quelles actions il ou elle souhaite mettre en place pour remédier au problème.

Le très bon exemple c’est Guillaume Gibaut qui avait pris la parole dans tous les medias suite à l’affaire de la blackface de l’une des collaboratrices du Slip français.

Coacher ses collaborateurs

Combien de sociétés sont fustigées pour des propos tenus par leurs collaborateurs à titre privé ?

Vie privée et activité professionnelle s’entremêlent. Prévenir les membres de son entreprise et les préparer sur les enjeux et les risques de leurs publications, même à titre personnel, devient primordial.

Analyse philosophique de la cancel culture

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon : https://supernatifs.com/. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.



Partager cet épisode

Juste un truc avant de partir...

Abonne-toi à la newsletter et reçois tous les 15  jours l'actualité social media directement dans ta boîte mail. Rien de spammy, que du bon. Promesse !