Épisode 902 : C’est le changement total dans le YouTube game. Les créateurs de contenu sont offusqués et les avis divergent sur la question. On va essayer de comprendre ce qu’il se passe. YouTube veut supprimer les gros mots de sa plates-forme.
Fini les merdes, les putain, les fait chié, tous ces petits mots qui ponctuent nos phrases de manière assez naturel. Ils seront maintenant interdits sur la plate-forme vidéo.

Comment ça marche ?

Pour essayer de nettoyer sa plate-forme de tous ces mots vulgaires, YouTube a réussi à trouver une solution.

Et comme souvent la solution c’est l’argent.

Depuis le mois de décembre YouTube a prévenu ses créateurs de contenu que toutes vidéos, contenant des gros mots, des vulgarités, ne pourraient pas être monétiser.

Fini les revenus de la plate-forme pour les créateurs de contenu.

IA entraînée

Pour cela, on dit merci à l’IA. Puisque l’IA qui s’occupe de la modération de la plate-forme de vidéo a réussi à être assez entraînée pour repérer dans des vidéos certains mots.

Par exemple si votre vidéo contient le mot merde, l’IA pourra arriver à détecter ce mot, et du coup votre vidéo ne pourra pas être monétiser.

Que disent les règles de YouTube ?

Jusque-là, les règles d’utilisation de YouTube interdisaient l’utilisation d’un langage vulgaire dans les titres de vidéo, les miniatures, mais aussi durant les sept premières secondes….

Sans ce respect de ces trois règles là, la vidéo était démonétisée.

Mais YouTube, maintenant précise qu’on a pas le droit d’utiliser des gros mots de manière constante. Sans être vraiment exact sur quels sont les mots et quelles sont les limites de ce langage.

Une règle rétro active

Terracid.

1,7 millions de abonnés sur Twitter.

Twitter de Terracid

Sur son compte Twitter, il a montré qu’il était un peu énervé.

Lien vers le Tweet

Avec cette nouvelle règle de démonétisation, il s’est fait sauter énormément de vidéos car la règle est rétroactive.

Donc un simple « oh merde » dans une vidéo et la vidéo saute. En tout cas on peut encore la trouver, mais le youtubeur ne sera plus payé.

De son côté, c’est plus de deux ans de vidéo qui sont sortis, et qui sont aujourd’hui démonétisées, qui ne lui rapportent donc plus d’argent.

C’est un vrai coup dur, et ce n’est pas le seul.

Sa chaine Youtube

2,5 millions d’abonnées sur la chaine Youtube

Squeezie a déjà rectifié

Les gros créateurs de contenu comme Squeezie ont déjà modifié leurs vidéos.

Par exemple sur la dernière vidéo « Qui est l’imposteur » avec Vald et Naza, il a bipé tous les gros mots dans la vidéo.

Lien vers la vidéo

Ce qui permet de ne pas être pris par l’IA.

Mais la plupart des youtubeurs se plaignent, car il n’y a même pas de liste précise pour savoir quels mots sont autorisés ou non.

YouTube vers la télévision. : Brand Safe

Est-ce que nous ne sommes pas en train de voir la petite mort de YouTube avec un accès au grand public qui la rend de plus en plus aseptisé.

Quel est le but d’une règle , comme ça, c’est surtout de rendre la plateforme brand safe pour les marques qui dépensent des gros budgets en publicitaire !
Et aussi de protéger les plus jeunes, les enfants, de mots interdits.

À titre perso, je pense que les enfants n’ont pas besoin de YouTube pour apprendre des gros mots.

Avant la télévision, et n’importe quel autre médias, les enfants disaient déjà des gros mots, et ils ont diront toujours.

Une chance pour Twitch ?

Beaucoup de youtubeurs ont déjà commencé à s’emparer de la plate-forme Twitch.

Et peut-être que une telle règle, va pousser des créateurs vidéo à développer plus de concept autour de la plate-forme Twitch. Plutôt que sur YouTube.

Affaire à suivre !

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.
Nous sommes une agence social media basée à Lyon : https://supernatifs.com/. Ensemble, nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Ensemble, nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.



Partager cet épisode

Juste un truc avant de partir...

Abonne-toi à la newsletter et reçois tous les 15  jours l'actualité social media directement dans ta boîte mail. Rien de spammy, que du bon. Promesse !