Épisode 244 : Plus les années passent, plus les missions et les qualités attendues des dirigeants d’entreprises se diversifient et se complexifient. A l’air de la digitalisation tout azimut et des réseaux sociaux, les dirigeants sont invités à s’exprimer de manière plus régulière, plus empathique et à devenir de véritables « médias ».

Définitivement passés de mode, les patrons condescendants et autocrates qui pouvaient diriger leur entreprise à la baguette, en purs gestionnaires.

Qu’on se le dise, en 2019, le patron est le premier porte parole de son entreprise.

——

Le personal branding à quoi ça sert ?

Humanise l’entreprise

En tant que premier ambassadeur de son entreprise, le dirigeant doit en être le visage, pouvoir l’incarner et lui insuffler ses propres valeurs.

Si on prend le cas de Michel-Edouard Leclerc. Il est notablement connu pour son franc-parler et son accessibilité. Il humanise le groupe Leclerc. En cultivant ses aspérités il crée de la proximité entre la marque Leclerc et son écosystème : collaborateurs, clients, partenaires.

Il est clair que la prise de parole des chefs d’entreprise, Décideurs politiques ou managers sur les Réseaux Sociaux continue de faire débat.Est-ce qu’il est obligatoire ou non, opportun ou non de s’y exprimer ou au contraire, faut il faire l’impasse sur ces supports pour ne pas additionner les risques réputationnels. 

Un dirigeant est un levier réputationnel

Soyons clair, on crée plus facilement des liens avec un être humain en chair et en os qu’avec une entreprise.A ce titre, les publications de dirigeants reçoivent en moyenne dix fois plus de partages que les contenus de marque.

En gros le dirigeant de demain doit être un influenceur !

Le personnel branding ça ne sert pas que pour le business ça sert aussi la marque employeur

C’est notamment le cas dans des secteurs très concurrentiels.

Une récente étude de PwC a révélé que 73% des chefs d’entreprises étaient préoccupés par la pénurie des talents.Une concurrence rude, de plus en plus intense et variée, pour trouver le candidat-licorne ?

Si on prend le cas des jeunes entreprises de la tech, l’attractivité d’une startup repose bien souvent sur trois piliers : le boss, l’équipe, l’expertise technique. Un soin particulier doit être apporté à la communication de son dirigeant.

C’est avant tout pour son état d’esprit qu’on rejoint une startup , et le mieux placé pour le créer et le promouvoir, c’est son dirigeant. C’est autour de lui que la dynamique de marque employeur s’articule.

——

Et dans les chiffres, on en est ou?

Pour ce sujet autour du Personnel Branding du dirigeant, j’ai compilé les datas de plusieurs études et de nombreux chiffres intéressants en ressortent.

Etude Twitter réalisée en partenariat avec Harris Interactive

  • 71% des internautes français pensent qu’un CEO doit avoir un compte Twitter
  • sur Twitter, 1 utilisateur sur 3 suit au moins le compte d’un dirigeant
  • 51% lisent et regardent des contenus de PDG et haut dirigeants
  • 75% des sondés attendent que le dirigeant relaye les positions et points de vue de son entreprise 
  • 74% des sondés attendent que le dirigeant partage la vision et les objectifs de l’entreprise.
  • 37% espèrent que les dirigeants utilisent un ton plus décontracté
  • L’audience Française de Twitter est plus informée que la moyenne des français connectés sur l’actualité des dirigeants et des entreprises

Etude Angie : Top 100 du Leadership Digital

  • entre 2018 et 2019, augmentation de 10 des dirigeants utilisant les réseaux sociaux.
  • Un mouvement de bascule est en train de s’opérer de Twitter vers LinkedIn
  • Twitter est toujours le réseau privilégié des dirigeants (90% de patrons Twittos),
  • 70% sont maintenant actifs sur LinkedIn (contre 55% en 2018). Il y a donc une prise de conscience de l’intérêt de LinkedIn, voire de l’intérêt d’une double présence Twitter – LinkedIn. »
  • 16 femmes seulement se classent dans le top 100 (Isabelle Kocher 3ème)

Au coeur de cette communication digitale on retrouve la raison d’être des entreprise

Au travers de cette étude Angie, on peut identifier 3 » combats » récurrents derrière lesquels se rallient les dirigeants »

  • 1- Combattre le réchauffement climatique est LA priorité d’engagement des CEO, tous secteurs d’activité confondus.
  • 2 – Les acteurs de l’agro- alimentaire et de la distribution encouragent, eux, des modes de consommation et de production plus responsables
  • 3 – Les acteurs de la tech et du secteur tertiaire s’engagent pour un monde du travail et de l’entreprise plus éthique. 

L’influence positive des dirigeants entraîne de la considération d’achat et de la recommandation

——

5 Patrons qui cartonnent sur les Réseaux sociaux

——

Nicolas Chabanne

Boss de « C’est qui le Patron ? »

Positionnement : Incarner un combat. Celui des consommateurs et des producteurs face aux grandes surfaces.

Nicolas Chabanne, 40 ans, vendrait du sable au Sahara.

C’est un patron Ardéchois d’origine et un entrepreneur en série.

Il a créé le label « Le Petit Producteur », qui innove en collant la photo dudit producteur (100% français) sur l’emballage.

Il a lancé « Les Gueules cassées », destiné à vendre les fruits et légumes moches…

Et puis il y a eu la marque du consommateur.

Quand il raconte la naissance de la marque c’est beau comme un conte pour enfants : « Un soir de juin 2014, je ne dormais pas. J’étais à ma fenêtre devant le mon Ventoux et je me suis dit… »

Que le prix du lait ne permet pas de vivre à ceux qui le produisent. Et que des consommateurs seraient sans doute prêts à payer un peu plus cher.

La première brique de lait est sorti en 2016. Elle est bleu et blanche et il y a marqué en gros « C’est qui le patron ?».

Et bien sur les RS le Patron c’est Nicolas Chabanne.
Le gars est absolument impressionnant.

C’est 100% authentique, filmé à la sauce selfie un poile qui bouge et qui parle trop. Amis ça sent le vrai.On sent le combat qui l ‘anime en tant que patron. Le combat des consommateurs et des producteurs face aux grandes surfaces.

Sur les comptes RS de Nicolas Chabanne pas de grand discours compliqué mais juste des vidéos filmées à la première personne. C’est efficace. On est mi chemin entre l’enthousiasme de chef de troupe et le coup de gueule. J’adore ! Il n’hésite pas à balancer sur les enseignes qui pourraient faire un effort et réfernecer davantage la marque.

Et c’est évidemment en adéquation parfaite avec le positionnement de la marque.

——

Lucie Basch – La warrior de l’anti-gaspillage

Fondatrice et présidente de Too good to go

Positionnement : Étendre sa prise de conscience personnelle par le biais des réseaux sociaux

Elle travaillait comme ingénieur chez Nestlé, et c’est là qu’elle a pris conscience de l’ampleur du gaspillage alimentaire. « Un tiers de la nourriture produite n’est pas consommé, c’est ahurissant », précise Camille, la cofondatrice.

Avec Camille, elles créée une appli très simple, qui permet aux commerçants (boulangeries, hôtels, restaurants…) d’écouler leurs invendus tous les soirs et aux consommateurs de les acheter à prix cassés. Un an après leur lancement en 2016, 400 000 téléchargements et aujourd’hui, le concept s’est développé dans 11 Pays et ce sont plus de 28.919 partenaires qui sont engagés.

L’idée plaît tellement que les deux associées n’ont presque plus besoin de démarcher des commerçants pour les ajouter à leur catalogue.

Des prises de parole sur Les réseaux sociauxOn comprend clairement dans les prises de parole de Lucie sur les réseaux sociaux qu’elle est très personnellement engagée. Elle diffuse de l’actu fraîche sur l’environnement et les modes de consommation mais également sur son entreprise.

Elle mixe très bien ses contenus avec des témoignages de partenaires, des interview ou des revues de presse, des actus génériques, des chiffres clés…

Fin 2018 elle faisait partie du top 50 des femmes qui comptent dans la grande distribution

1 tweet par mois

——

Justine Hutteau

Positionnement : S’attaquer aux géants de la cosmétique et proposer un produit sain et naturel

C’est la créatrice de la marque Respire. Une marque de déodorant dont vous avez forcément entendu parlé si vous êtes actifs sur Linkedin.

L’aventure Respire, elle commence avec le compte Instagram de Justine Hutteau.Elle avait une communauté avant d’entreprendre. Aujourd’hui elle a d’ailleurs 32k followers sur son compte.

Et puis il ya eu un déclic. on lui a détecté une tumeur bénigne. Alors, les médecins ont commencé à la sensibiliser à l’utilisation des déodorants, en particulier à l’aluminium qu’ils contiennent et qui est dangereux pour la santé.

Vous le sentez le storytelling bien travaillé…

Elle a eu une prise de conscience qui lui a fait se tourner vers les produits naturels. Mais aucun ne lui allait, elle a donc décidé de créer le sien.

Ce qui a vraiment fait cartonner Justine Hutteau et Respire c’est Linkedin. Oui, oui Linkedin. Dingue non ?

Elle a fait réaliser une vidéo qui raconte exactement cette histoire. Une vidéo la mettant en scène dans laquelle elle explique de façon simple son projet et son positionnement : s’attaquer aux géants de la cosmétique en proposant un produit sain en naturel.

2 millions de vues de la vidéo dont 1,5 million sur LinkedIn. LinkedIn est le réseau social qui lui a permis de faire le buzz. Pourtant elle n’avait que 400 contacts sur ce réseau ! Et elle a réussi à obtenir 3500 repartages de la vidéo !

Aujourd’hui Justin Hutteau c’est 48.766 abonnés sur Linkedin.

__

Guillaume Gibault

Président du Slip Français

Positionnement : Jouer la carte de l’authentique grâce au storytelling de soi

Il bossait à La Défense chez Général Electric son quotidien c’était tableur Excel / costard et RER…. Et sushis

Un soir à 23 où il faisait du Rab, sa boss commande des sushis et lui annonce qu’il y aura beaucoup de « soirées soucis ».

Après avoir vu une offre, il se retrouve chez Bio c’Bon, le concept et la façon de faire lui plaisent et lui donne envie de se lancer.

Son constat: j’aime la mode, j’ai pas beaucoup de moyens, internet c’est cool et il cherche un produit qui se vende en ligne, qu’il n’y ait pas besoin de tester et auquel on soit fidèle.

En septembre 2011 il part d’Angoulème en xsara Picasso avec 600 slips, 4 mois plus tard il faisait 40000€ de Ca.Et il tombe en plein dans la vague Made In France sans le vouloir

Outre sa marque, il arrive à faire passer du contenu de fond, des idées, une vision. Il a réussi à incarner le Made in France de qualité.Il a fait en sorte que le produit et la marque se substituent à lui. Tout comme l’a fait Steve Jobs.

Lorsque vous optez pour une stratégie de storytelling de soi, vous allez vous-même incarner votre société. C’est vous le héros. Il vous faut mettre en valeur votre propre personne, votre propre histoire, vos projets et vos traits de caractère. 

Avec le storytelling de soi vous devenez être indissociable de votre marque. C’est d’ailleurs la stratégie adoptée par Le Slip Français. Guillaume Gibault, le PDG, nous explique dans une interview son parcours, ses constats et ses convictions.

300 personnes employées en France de l’idée au siège à la création dans 40 usines.

Pour lui la Marque France, c’est :

  • L’amour des gestes et des savoir faire
  • L’art de la surprise
  • La capacité à penser et à initier

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.



Partager cet épisode