Épisode 652 : Après le scandale Cambridge Analytica, le groupe Facebook est frappé par un nouveau scandale, Les Facebook Files. Une enquête de longue haleine du Wall Street journal a démontré les failles de la plateforme et exposé la pleine conscience de ses dirigeants.

Un travail colossal, chaque fichier est un article très complet d’une trentaine de minutes de lecture. Les fichiers sont aussi adaptés en podcast.

Facebook Inc. sait, dans les moindres détails, que ses plateformes sont criblées de défauts qui causent des dommages, souvent d’une manière que seule l’entreprise comprend parfaitement. 
C’est la conclusion centrale d’une série du Wall Street Journal, basée sur un examen des documents internes de Facebook, y compris des rapports de recherche, des discussions en ligne avec les employés et des ébauches de présentations à la haute direction.

À maintes reprises, montrent les documents, les chercheurs de Facebook ont identifié les effets néfastes de la plate-forme. À maintes reprises, malgré les audiences du Congrès, ses propres engagements et de nombreux exposés médiatiques, la société ne les a pas corrigés. Les documents offrent peut-être l’image la plus claire à ce jour de l’étendue de la connaissance des problèmes de Facebook au sein de l’entreprise, jusqu’au directeur général lui-même.

Dossier 1 – Les X-Check, au delà du réel

Les groupe Facebook clame depuis plusieurs mois que ses règles s’appliquent à tous mais les documents de l’enquête révèlent une « élite secrète » qui est exemptée de contrôles.

On le rappelle, Zuck avait déclaré vouloir mettre les personnes comme ti et moi et les hommes politiques sur un pied d’égalité.

Le programme, connu sous le nom de « contrôle croisé » ou « XCheck », était conçu comme une mesure de contrôle de la qualité pour les comptes de grande envergure. Aujourd’hui, il protège des millions de VIP de l’application normale de l’entreprise, selon les documents.

Il y a quelques mois, Markito annonçais même vouloir emboiter le pas à Twitter quand aux droits qui devraient être accordés aux hommes politiques sur sa plateforme.

Les documents fournis dans l’enquête pour le Dossier n°1 montrent que Facebook connaît les faiblesses de sa plateforme et n’a pas la volonté OU la capacité de les corriger.

Ils comprennent des rapports de recherche, des discussions en ligne avec les employés et des ébauches de présentations à la haute direction, y compris à Marc. 
Ils ne sont pas le résultat d’un ras le bol des employés, mais plutôt le travail d’équipes qui sont là pour étudier la plateforme et l’améliorer.

Trump avait déjà dévoilé les X-check. De Trump à Neimar à Doug the pug

L’année dernière, XCheck a permis aux publications qui enfreignaient ses règles d’être vues au moins 16,4 milliards de fois, avant d’être supprimées plus tard, selon un résumé du programme fin décembre.

Dossier 2 – Le bien être des adolescents largement sous estimé

Les propres recherches internes de Facebook démontrent qu’instagram est toxique pour la santé mentale de nombreuses adolescentes mais le minimise en public.

Il y a environ un an, l’adolescente Anastasia Vlasova commençait à consulter un thérapeute. Elle avait développé un trouble de l’alimentation et avait une idée claire de ce qui l’avait conduit : son passage sur Instagram.

Elle rejoint la plate-forme à 13 ans et a finalement passé trois heures par jour à être fascinée par la vie et le corps apparemment parfaits des influenceurs du fitness qui ont posté sur l’application.

À cette époque, des chercheurs d’Instagram étudiaient ce type d’expérience et se demandaient si cela faisait partie d’un phénomène plus large. Leurs conclusions ont confirmé de sérieux problèmes.

Au cours du temps, plusieurs enquêtes interne ont démontré que je cite :
« 32% des adolescentes ont déclaré que lorsqu’elles se sentaient mal dans leur corps, Instagram les faisait se sentir pire » et « Les comparaisons sur Instagram peuvent changer la façon dont les jeunes femmes se voient et se décrivent. »

« Nous aggravons les problèmes d’image corporelle pour une adolescente sur trois »
« Les adolescents blâment Instagram pour l’augmentation du taux d’anxiété et de dépression »

Parmi les adolescents qui ont signalé des pensées suicidaires, 13% des utilisateurs britanniques et 6% des utilisateurs américains ont attribué leur désir de se suicider à Instagram, a montré une présentation.

En interne, les hauts responsables font des déclarations inverses :

« La recherche que nous avons vue est que l’utilisation d’applications sociales pour se connecter avec d’autres personnes peut avoir des avantages positifs pour la santé mentale », a déclaré le PDG Mark Zuckerberg lors d’une audience au Congrès en mars 2021, interrogé sur les enfants et la santé mentale.

En mai, le responsable d’Instagram, Adam Mosseri, a déclaré aux journalistes que les recherches qu’il avait vues suggèrent que les effets de l’application sur le bien-être des adolescents sont probablement « assez faibles ».

Dossier 3 – En voulant faire mieux, ils ont fait pire

Facebook a essayé de faire de sa plate-forme un endroit plus sain. Il est devenu plus en colère à la place.

En 2018, Facebook apportait des changements a son algorithme pour améliorer sa plate-forme et corriger le déclin de l’engagement des utilisateurs. 
M. Zuckerberg a déclaré que son objectif était de renforcer les liens entre les utilisateurs et d’améliorer leur bien-être en favorisant les interactions entre amis et famille. 
Aujourd’hui, des documents internes, montrent que les membres du personnel ont averti que le changement avait l’effet inverse. 

En 2018, Jonah Peretti, directeur général de BuzzFeed écrivait à Facebook pour souligner les performances étonnamment hautes d’un article plutôt controverse «  « 21 choses que presque tous les Blancs ont tort de dire ».

En interne, les chercheurs ont découvert que les éditeurs et les partis politiques réorientaient leurs publications vers l’indignation et le sensationnalisme. Cette tactique a produit des niveaux élevés de commentaires et de réactions qui se sont traduits par un succès sur Facebook.

Je cite « « Notre approche a eu des effets secondaires malsains sur d’importantes tranches de contenu public, telles que la politique et les actualités » 

On découvre même dans une petite animation que le like marque moins de points que les autres réactions sur l’algorithme (1 point pour un like, 5 points pour les autres)

Dossier 4 – Des Cartels et du traffic d’êtres humains sur Facebook

Les employés de Facebook signalent les cartels de la drogue et les trafiquants d’êtres humains. La réponse de la société est faible, selon les documents.

Des dizaines de documents examinés dans l’enquête montrent que des employés sonnent l’alarme sur la façon dont ses plateformes sont utilisées dans les pays en développement,
au Moyen-Orient des trafiquants d’êtres humains utilisaient le site pour attirer les femmes dans des situations d’emploi abusives. En Éthiopie des groupes armés utilisaient le site pour inciter à la violence contre les minorités ethniques.
Au Mexique, un cartel de la drogue mexicain utilisait Facebook pour recruter, former et payer des tueurs à gages.

L’un des problèmes : Dans certains pays où Facebook opère, il y a peu ou pas de personnes qui parlent les dialectes nécessaires pour identifier les utilisations dangereuses ou criminelles de la plate-forme, montrent les documents.

En 2020, les employés et les sous-traitants de Facebook ont passé plus de 3,2 millions d’heures à rechercher et à étiqueter ou, dans certains cas, à retirer des informations que l’entreprise a conclues comme fausses ou trompeuses, selon les documents. Seulement 13 % de ces heures ont été consacrées à du contenu provenant de l’extérieur des États-Unis.

L’Inde compte plus de 300 millions d’utilisateurs de Facebook , le plus grand nombre de tous les pays. Les chercheurs de l’entreprise en 2019 ont créé un compte de test en tant qu’utilisatrice indienne et ont déclaré avoir rencontré un « cauchemar » en suivant simplement les pages et les groupes recommandés par les algorithmes de Facebook.

Dossier 4.5 – Facebook fait de l’auto-promotion pour améliorer son image en ligne

Dossier 5 – Comment Facebook a entravé la tentative de Mark Zuckerberg de faire vacciner l’ Amérique

Facebook a mis tout son poids dans la promotion des vaccins Covid-19 – « une priorité absolue de l’entreprise », a déclaré une note de service – dans une démonstration de la foi de M. Zuckerberg que sa plateforme est une force pour le bien social dans le monde.

Cela a fini par montrer le fossé entre ses aspirations et la réalité de la plus grande plateforme sociale du monde. Les militants ont inondé le réseau de ce que Facebook appelle du contenu « obstacle à la vaccination », selon les notes de service internes. Ils ont utilisé les propres outils de Facebook pour semer le doute sur la gravité de la menace de pandémie et la sécurité de l’arme principale des autorités pour la combattre. 

Les problèmes de Covid-19 montrent clairement une réalité: même lorsque Markito s’est fixé un objectif, il ne peut pas diriger diriger sa plate-forme comme il le souhaite. Un porte-parole de Facebook a déclaré dans un communiqué que les données montraient une hésitation vis-à-vis des vaccins aux États-Unis

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon : https://supernatifs.com/. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.



Partager cet épisode

Juste un truc avant de partir...

Abonne-toi à la newsletter et reçois tous les 15  jours l'actualité social media directement dans ta boîte mail. Rien de spammy, que du bon. Promesse !