Épisode 215 : Objet underground tantôt punk, tantôt geek, toujours rebelle et surtout… “do-it-yourself”, le fanzine se réinvente à l’heure de l’effondrement de la presse papier et prend d’assaut les cahiers de tendances et autres moodboard des marques. On fait le point sur cette tendance renaissante.

C’est quoi un Fanzine ?

« Fanzine », pour « fanatic » et « magazine », est un mot-valise qui désigne une feuille de chou faite par des amateurs passionnés et lu par ce même public. Un fanzine c’est cette publication imprimée à la va-vite et créée à la va-comme-je-te-pousse.

À chaque fois, du bricolage, à grand renfort de ciseaux, de colle UHU et d’allers-retours au photocopieur. Mais du bricolage de pro, classe et qui envoie.

Le Fanzine n’est pas mort !

À la fin des années 70, dans les années 80 et 90, il connaissait son heure de gloire. Pas un concert underground où on ne le trouvait pas  : le fanzine était le média indispensable dans les milieux artistiques.

Les années passant, l’avènement du numérique et avec lui, celui des réseaux sociaux a, petit à petit, signé son arrêt de mort. Enterré le fanzine ? Pas tant que ça.

Loin de l’extinction et porté par une jeunesse curieuse et créative, le fanzine semble même connaître un nouvel âge d’or.

Le Fanzine une histoire qui remonte aux années 30.

The Comet, l’un des premiers dans les années 1930 aux États-Unis, servait d’espace de partage entre fans de science-fiction.

Grâce aux progrès de l’impression, le fanzine connaît un premier essor dans les années 1950 mais c’est surtout le Fanzine des 70’s qui a marqué les esprits. Le Fanzine bien punk, bien underground. Avec un esprit libertaire, anti-consumériste et une dimension fondamentalement humaine.

C’est quoi le style fanzine ?

À chaque fois, du bricolage, à grand renfort de ciseaux, de colle UHU et d’allers-retours au photocopieur. Mais du bricolage de pro, classe et qui envoie.

Le style fanzine c’est un mixe de collage, de dessins à main levé et surtout de jeu d’impression : un style sortie de la photocopieuse.

C’est l’une des tendances les plus en vogue actuellement dans les domaines des arts visuels et des médias sociaux.

https://www.youtube.com/watch?v=ECGk4b7uCGw&feature=youtu.be

Aujourd’hui ce style on le retrouve dans grand nombre de travaux de graphistes.Le jeu sur la bi-chromie qui vient rappeler la sérigraphie artisanale et la risographie.Les découpes de personnages à l’arrache posés sur un fond un peu extravagant.

https://www.pinterest.fr/search/pins/?q=fanzine&rs=typed&term_meta[]=fanzine%7Ctyped

Le fanzine un symbole de liberté et d’indépendance

Tifenn-Tiana et Agathe, co-fondatrices du fanzine Peach. 

« On n’a aucune contrainte, on publie ce que l’on veut et comme on veut.C’est aussi un format qui nous est familier culturellement, notamment par la musique. Le papier pour faire face à la dématérialisation de beaucoup de choses, au propre comme au figuré, et surtout parce qu’on adore ça. Cela rejoint aussi une idée de collection qui nous est chère. »

Les fanzines sur les réseaux sociaux

Fanzine Frangine

Sur Facebook ou sur Instagram la page Fanzine Frangine

C’est 1800 fans et c’est une page consacrée à la micro édition. Fais ce qui te plait, avec ce que tu peux. Sérigraphie, gravure, dessins au traits et D.I.Y !

Fanzine Frangine c’est deux soeurs, originaires de Franche-Comté, illustratrices et auteures.Elles mettent à l’honneur sur leur page l’univers underground du Fanzine.

Elles y prônent une véritable liberté de ton, sans censure ni tabou !Elles traitent leur quotidien avec humour et poésie.

Elles réalisent leurs illustrations à l’encre, au stylo ou à la plume ou en sérigraphie, en gravure… Elles privilégient les techniques artisanales.

Elles se refusent à la production de masse, elles veulent produire une collection papier en série limitées.

Leur dernier projet Le Fanzine « Balance ta vulve » est mise en avant par le site Kombini !

C’est un projet collectif, elles ont lancé un appel et ont reçu une cinquantaine de créations, des collages, des photographies, dessins, gravures, poèmes, musique ou même sculpture…

Le retour du fanzine c’est aussi un signe des temps marqués par un besoin de vrai, d’authentique.

Fini le papier glacé.

Les fanzines fascinent la mode

Il n’aura pas fallu longtemps pour que les marques s’emparent à leur tour du phénomène.

Fin décembre 2016 et à l’occasion de la sortie de sa Tubular Shadows, Adidas lançait un fanzine d’une trentaine de pages consacrée à la jeunesse créative parisienne.« Street Challenges High Fashion »

Carhartt aussi collabore avec le photographe Stef Mitchell pour accoucher d’un zine mêlant photographies, dessins et note autour de l’univers de la marque.« Sinners Are Welcome Here »

Kenzo avec son Fanzine Folio

L’esthétique y est brute, le propos affranchi et la distribution confidentielle. Un coup de communication à la portée mince, mais qui participe grandement à construire une image de marque proche des aspirations de ses consommateurs.

Les Fanzines dans les stades

On retrouve par exemple le « Gazzetta Ultra’ »Un Fanzine fait par des ultras de club français ou europpéen pour le distribuer au supporter dans les stades !C’est un fanzine qui parle des supporters, de leurs lutte, de leurs joies, de leur quotidien.

Le Fanzine dans le foot a toujours été présent, il revient finalement logiquement aujourd’hui.

Fanzines Festival

12 500 fans sur Facebook3200 fans sur Insta

La 9e édition du Fanzines Festival se déroulent en ce moment même du 6 au 23 juin dans différents lieux parisiens ! Vous avez toutes les infos sur leurs pages !

Le but du festival est de mettre en avant l’autoproduction actuelle, le « faire sois même » DIY, autour et au delà du livre.

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.



Partager cet épisode