Épisode 247 : Le zéro déchet sur Instagram ? C’est une thématique forte qui commence à se faire entendre de façon notable sur les Réseaux Sociaux. Les sociauxnautes de réunissent pour changer les choses, pour imaginer un monde sans plastique, mener des actions citoyennes de nettoyage de plages et plus généralement aliment alerter sur les dégâts liés aux déchets plastiques.

En tapant le hashtag -#zérodéchet, on trouve plus de 520 000 publications.-#zerowaste, son équivalent en anglais, propose 3,6 millions de publications. Des conseils de grand mère, des tutos vidéos , des photos d’actrices et acteurs du quotidien.

Ils se réunissent pour changer les choses. Pour imaginer un monde sans plastique, mener des actions citoyennes de nettoyage de plages et plus généralement aliment alerter sur les dégats liés aux déchets plastiques.

Le plastique au coeur de toutes les préoccupations.

Le plastique est sans aucun doute l’un des plus grands fléaux pour l’environnement. Les emballages, à eux seuls, constituent la moitié des déchets plastiques fabriqués dans le monde.

Environ 50% du plastique consommé n’est utilisé qu’une seule et unique fois avant d’être jeté, et la dégradation d’une simple bouteille en plastique prend plus de 450 ans.

Sur les Réseaux Sociaux, l’overdose de plastique commence à se faire entendre.

Les Hashtags:


  • zérodéchet, on trouve plus de 520 000 publications.


  • zeroplastic 92,3k publications.


  • noplastic : 903 175 publications


  • plasticwaste 111726 publications


  • plasticpollution 462 900 publications


  • plasticocean 110 837 publications

——

@plasticobsessedjapan

Instagram : 6k followers

Le compte Instagram @PlasticObsessedJapan, dénonce le phénomène du sur-emballage au montage en soulignant l’absurdité.

Dans les supermarchés japonais, on peut observer les fruits emballés de façon absurde dans plusieurs couches de plastiques. De la même façon, les pots en verres sont recouverts d’un emballage plastique, et même les lots de cannette.

——

Notre planète est submergée par les débris plastiques dont la grande majorité provient des pays les plus pauvres du monde, où l‘élimination ou le recyclage sont en grande partie impossibles.

[Plastik Bank : unmouvement citoyen anti-plastique et anti-pauvreté][1]

40 K

L’idée d’un jeune entrepreneur Américain David Katz

Pour débarrasser la planète des déchets plastiques, Plastic Bank paie les ramasseurs de déchets dans les pays en développement.Cette structure est une véritable Arme anti-déchets et pauvreté !

Les déchets de plastique deviennent ainsi une « monnaie d’échange » qui permet aux ouvriers de sortir de la pauvreté, tout en contribuant à la dépollution

Le processus est financé par la fabrication de billes en plastique utilisables par l’industrie (Marks and Spencers, Starbucks ou Henkel par exemple), notamment pour les imprimantes 3D qui peuvent, bénéfice supplémentaire, fabriquer des outils nécessaires dans la vie des ramasseurs eux-mêmes.

Le mouvement « Social Plastic »En 2013, David Katz est rejoint par Shaun Frankson, qui invente la notion de « Plastique social », à l’image de l’« économie sociale ». L’idée est non seulement de ramasser le plastique qui s’accumule sur la terre et dans les mers, mais de travailler à la source du problème, en sensibilisant les fabricants d’emballages à la nécessité de réduire la proportion de plastique.

Sur leur compte instagram

  • Des packagings / objets qui ont été conçus avec leur « plastique social »
  • Des marques qui ont rejoint le mouvement
  • Des jolies photos d’animaux pour faire culpabiliser
  • Des photos de paysages saccagés pour faire réagir
  • Des photos / vidéos d’actions sur le terrain > Dans la mangrove à Bali

@vonwong

114k followers sur Instagram

Le projet artistique et militant de Benjamin Von Wong, « Mermaids hate plastic »

En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons peuplant les océans.

Pour nous sensibiliser à la cause environnementale, et en particulier à la pollution des océans par le plastique, le jeune photographe canadien Benjamin Von Wong met en scène une sirène noyée dans un océan de bouteilles en plastique.

Objectif : rendre la pollution plastique plus partageable avec une sirène et 10.000 bouteilles en plastique

L’objectif de Von Wong est de susciter l’intérêt du public pour ce sujet souvent considéré comme ennuyeux et pessimiste.

Uns mission utiliser le beau et le sensationnel pour que le sujet puisse être relayé et partager sur les RS.

Les 10.000 bouteilles utilisées pour le shooting ont été prêtées par une usine de tri locale. En quelques jours, une petite armée de bénévoles a trié chaque bouteille par couleur et retiré leur 10.000 bouchons et étiquettes.

Elles ont ensuite été disposées dans entrepôt prêté par un ami du photographe pour créer une scène aussi belle que flippante.

Cette série photo impressionnante et incontestablement engagée est accompagnée d’une pétition visant à réduire la surconsommation de plastique : #MermaidsHatePlastic.

——

[Plastic Odyssey][4] : une expédition autour du monde contre le plastique

4,1K abonnés Instagram

Les jeunes du Plastic Odyssey – Simon Bernard, Alexandre Dechelotte, Bob Vrignaud et Benjamin de Molliens, âgés de 24 à 30 ans

Embarquez à bord du premier navire qui avance grâce aux déchets plastiques

Le constat : 19 tonnes de plastique entrent dans l’Océan chaque minuteUne fois en mer, il est trop tard. Le plastique coule ou se décompose en micro-particules impossibles à récupérer.

Leurs Objectifs :

Étudier : les cultures, les rapports aux plastiques et les besoins locaux

Initier : la création de petites usines du recyclage et des initiatives de réduction des déchets

Faire éclore des initiatives locales dans les régions les plus touchées par la pollution plastique.

Leur expédition :

Départ fin 2020 :Leur navire « Ulysse », Ce bateau de six mètres de long, équipé d’un pyrolyseur, est capable de transformer des déchets plastiques non recyclables en carburant. Depuis dix jours, lPlus de 30 escales sur les 3 continents les plus touchés par la pollution plastique Amérique du sud – Afrique – Asie

Leurs machines de réutilisation plastique seront toutes en open source

Sur leur compte :

  • Ils donnent un rdv par mois pour venir parler des problématiques plastique
  • on pouvait suivre l’avancée des travaux sur le bateau avant la première mise à l’eau

Les marques s’engagent contre le plastique

Reflétant l’inquiétude grandissante du public face au désastre imminent auquel notre monde naturel est confronté, les marques mettent à jour leurs références écologiques.

Les marques se trouvent maintenant dans une position où elles doivent s’aligner sur l’esprit soucieux de l’environnement des consommateurs modernes (que la nature de leurs activités reflète ou non ce qu’elles disent).

La durabilité et l’environnementalisme façonnent désormais bon nombre des campagnes marketing

Lego

Redoublant d’efforts pour faire face à la crise actuelle du plastique, Lego a lancé ses propres blocs en canne à sucre . Le géant danois du jouet a lancé une gamme de briques en forme de plante, baptisée « Plantes à partir de plantes ».

Ikea

Ikea a également intensifié ses activations de marque; en 2019, pour promouvoir l’ouverture de son nouveau magasin durable à Greenwich, la marque a lancé deux grands bateaux de bain dans la Tamise afin de nettoyer la rivière de plastique. Ce plastique a ensuite été collecté et utilisé pour fabriquer une sculpture à afficher au magasin.

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.



Partager cet épisode

Juste un truc avant de partir...

Abonne-toi à la newsletter et reçois tous les 15  jours l'actualité social media directement dans ta boîte mail. Rien de spammy, que du bon. Promesse !