Épisode 271 :  À l’ère des plateformes sociales, l’Art « classique » tente de se forger une nouvelle identité pour se fondre dans le paysage. Pendant ce temps là, s’est imposé un mouvement de l’Art Popup, de l’art Instagrammable.

 À l’ère des plateformes sociales, nous forgeons notre identité en fonction de là où nous nous trouvons. On doit pouvoir se sentir chez soi au musée et les éléments qui le composent doivent devenir des totems que l’on peut s’approprier et prendre en photo

Il y a une dizaine de jour, Anne Hidalgo inaugurait officiellement une nouvelle oeuvre d’Art géante dans les jardins du Petit Palais. Un bouquet de tulipes multicolores de près de 12 mètres de haut réalisé par le mythique et scandaleux Jeff Koons.

Le Bouquet de tulipes a un message officiel, rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015. Mais avec ces aires de playmobil géant multicolore, l’oeuvre spectaculaire est aussi d’ores et déjà un succès sur Instagram.

Une oeuvre iconique avec en seulement 10 jours déjà son propre hashtags #bouquetoftulips

Autre sujet, autre lieu. Une chauve-souris géante en bronze est exposé depuis une dizaine de jour à l’entrée de la FIAC à Paris. C’est l’oeuvre de Johan Creten. Sur son dos la statue a un escalier qui permet à tout un chacun de monter sur la statue.

Pour l’artiste il y a une évidence, l’oeuvre existe si elle est domptée par le public. Et si appréhendé l’oeuvre signifie la partager sur Instagram, tant mieux !

<h2Instagram est devenu une plateforme de lancement pour les jeunes artistes

Selon le magazine artsper, Instagram est en réalité devenue une plateforme de lancement importante dans la carrière des artistes et un observatoire international essentiel des tendances et nouveautés de l’art. 

Alors que YouTube a pu servir de tremplin à certains chanteurs ou comédiens, Instagram s’est transformée – peut-être malgré elle – en incubateur d’artistes.

Instagram serait-il devenu une alternative aux galeries traditionnelles?

Johan Creten “Avant, un artiste était cantonné à son marchand d’art, ses assistants et les journalistes, admet-il. Grâce à Instagram, on a un contact direct avec le public.”

la plateforme a ouvert la voie à toute une vague d’artistes désireux de vendre leurs propres productions par eux-mêmes.

Vogue décrit même la plateforme comme un éminent acteur du marché de l’art.

Instagram, le marchand d’art du futur ?

Selon le rapport annuel Hiscox Online Trade, une étude de marché sur l’utilisation des outils technologiques du monde de l’art, la plus grande évolution serait la transaction d’art sur Instagram :

48% des acheteurs d’ART disent utiliser l’outil au quotidien, dont 65% chez les moins de 35 ans.

Vogue US décrit la plateforme comme « le marchand d’art le plus éminent de l’époque».

Le site Artsy donne dorénavant des cours d’utilisation commerciale du réseau aux artistes novices.

L’artiste Ashley Longshore et ces 255k followers, préfère vendre ses œuvres par DM (direct message, ndlr) et couper la commission que retiendrait la galerie. 

«C’est à chaque artiste de devenir le business man de son travail, et les réseaux sociaux permettent ça » explique-t-elle. « Je poste une photo d’une œuvre, et je reçois des détails bancaires avant même que la peinture soit sèche »

Les artselfies boostent la popularité d’une oeuvre

Les _#artselfies boostent la popularité et le potentiel bankable d’une œuvre, explique le site Artnet.

La galerie Victoria Miro affiche même un hashtag dédié à côté des œuvres de son artiste Yayoi Kusama, _#instakusama.

Vers un style : l’Art Instagrammable

Il y a eu le cubisme, le sur réalisme, le pointillisme…. Il y a peut-être l’Art Instagrammable.

Selon Adeline Pilon expert du marché de l’art diplomée de l’Ecole du Louvre, l’application, Instagram ne convient pas à tous les artistes.

« Il y a un biais avec la technologie: si votre œuvre n’est pas ‘instagramable’, si elle n’a pas de couleur, si elle n’est pas fluide ni simple, vous aurez du mal à exister. Un monde de l’art digital se développe. Il a échoué au début des années 2000. Il faut voir si désormais ça va fonctionner ou retomber comme un soufflet. »

————

Côté musée, là aussi Instagram est incontournable !

les musées eux aussi acteurs sur les réseaux sociaux

Les musées ont d’ailleurs eux aussi réussi à y fédérer de solides communautés, invitant leurs followers à participer à toutes sortes de concours photos. 

En 2014 était lancé le #MuseumSelfieDay, la journée mondiale du selfie dans les musées (tous les 16 janvier).

Une nouvelle génération de musées

De New York à Los Angeles, en passant par Barcelone et Budapest, une nouvelle génération de musées a vu le jour. Ils surfent sur le potentiel viral des photos d’installations immersives sur le réseau social Instagram

Les musées instagrammables

ils ont inventé un nouveau moyen de faire adhérer le public à leurs oeuvres, à leurs concepts, un nouveau moyen de les faire partager.

En même temps, il était temps, il y a longtemps qu’une partie de la population a fui les musées. Et qu’ils ont une image bien dégarnie …

Michael Govan, directeur du Los Angeles County Museum Art À l’ère des plateformes sociales, nous forgeons notre identité en fonction de là où nous nous trouvons. On doit pouvoir se sentir chez soi au musée et les éléments qui le composent doivent devenir des totems que l’on peut s’approprier et prendre en photo

Le défi : susciter ce désir expérientiel chez les gens sans pour autant pervertir les œuvres présentées. »

Les musées à Selfie / musées Popups

Des musées 100% photogéniques

Musée du selfie / Machine de rêve / la maison des oeufs / la maison de la pizza > Ils sont chers 20-40$

Et on va encore plus loin, la nouvelle tendance est aux musées POP UPS

Ils pullulent depuis la côte ouest des États-Unis. Musée de la glace, musée du selfie, musée du bonheur, musée du bonbon, ils nous font voir la vie en rose fluo et nous attirent dans une parenthèse de bonheur.Pas besoin de se coltiner tout un tas d’explications. Il suffit de se laisser porter pour être heureux.

On est sur une simplification de l’art à son maximum, on vous attire en vous promettant que ça va vous plaire est surtout on chatouille l’Instagram Artist qui est en vous. Forcément si c’es tendance, vous aurez bien de quoi rapporter quelques clichés.

« Le plaisir s’avale en shots, cul sec, et les clichés se partagent en masse sur les réseaux sociaux. »

Ice Cream museum

Des lieux prévus pour être éphémères deviennent permanents, c’est tel cas du muséum of Icecream. Tout est rose flou et là bas tu peux plonger dans une piscine de topings multicolors et toute la déco est pensée pour être shootée !

San Francisco – > ouverture prochaine à NY


Candytopia

des oeuvres en bonbon à San Francisco

Les 10 musées les plus Instagrammables

L’initiative _#artsaucouvent à Angers.

A Angers dans un ancien couvent voué à la démolition, un collectif d’Artistes occupe pour 1 mois et demi les lieux pour leur redonner vie au travers de l’art. Le lieux s’y prête, c’est à la fois religieux et libre et depuis quelques jours je vois fleurir un peu partout des posts et stories Insta autour de ce lieu.

Je vous invite à suivre le _#artsaucouvent on y voit beaucoup de ces réalisations et ce que j’adore moi ici c’est cette mixité su street art où l’on joue aussi avec l’Urbex.

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.



Partager cet épisode

Juste un truc avant de partir...

Abonne-toi à la newsletter et reçois tous les 15  jours l'actualité social media directement dans ta boîte mail. Rien de spammy, que du bon. Promesse !