Épisode 113 : Facebook vient de lancer son outil pétition : Community Actions. La mise en place d’un tel outil, qui forcément à une fonction politique soulève beaucoup de question ! Nous avons tenté dans cet épisode d’y répondre ! Qu’est ce que permet de faire Community Actions ? À quoi sert une pétition en France ? Pourquoi Facebook lance t-il un outil pétition ? Et quel sera son rôle sur la diffusion des pétitions ?

Un nouvel outil Facebook

Facebook commence à déployer depuis le 21 janvier une nouvelle fonctionnalité : Community Actions, un outil pour lancer des pétitions.

Vient d’être lancé aux États Unis.

Les utilisateurs de Facebook peuvent désormais créer une pétition sur le réseau social, identifier des élus locaux, des organisations et demander à leurs contacts de soutenir leur demande.

Chaque pétition de Community Actions possède son propre feed ou les membres peuvent laisser des commentaires, créer des événements pour promouvoir la pétition et organiser des collectes de fonds.

Selon Facebook :

« Construire des communautés civiquement engagées et informées est au cœur des missions de Facebook. Chaque jour, les gens viennent sur Facebook pour mettre en avant une cause à laquelle ils tiennent, en contactant leurs élus, en organisant une collecte de fonds ou en démarrant un groupe. À travers ces différents outils, nous avons vu des personnes mobiliser des soutiens et obtenir des résultats sur des problématiques qui leur tenaient à cœur. Community Actions est un nouveau moyen pour aider les gens à changer leur communauté et à s’associer avec leurs élus locaux et leurs agences gouvernementales pour trouver des solutions »

Facebook part encore à la chasse et cette fois-ci c’est Change.org qui est dans son viseur

Sur Change.org, des personnes du monde entier lancent des campagnes, mobilisent des soutiens et engagent un dialogue avec les décideurs politiques et économiques pour trouver des solutions et faire changer le monde.

Ce site est un véritable guide du lobbying citoyen, pour que votre voix porte autant que celle des professionnels de l’influence.Vous y trouverez toutes les clés pour mobiliser des soutiens et créer le changement. Vous serez guidés à travers les différentes étapes de votre campagne, du lancement à la victoire de votre pétition !

http://guide.change.org/dialoguez

————

Facebook veut être un acteur des grands mouvements sociaux

Fait relativement nouveau, ces mobilisations ne proviennent plus seulement de l’action structurée de mouvements militants type Green Peace ou Amnesty. Avec les réseaux sociaux, la culture de la revendication via la pétition se généralise à toutes les strates de la société.

Laurent Terrisse,président de Limite, une agence spécialisée dans la communication du secteur associatif et des entreprises engagées.

« Les ingrédients de ces mobilisations, qu’elles soient impulsées par une organisation ou par un simple citoyen, sont toujours les mêmes. Ils reposent sur le triptyque émotion, colère et simplicité d’action.»

Et avec ce nouvel outil Facebook il y a fort à parier que la simplicité d’action soit au RDV.

————

Facebook renoue avec la politique…

Mais ? On avait dit plus de politique ?

Facebook a une relation ambivalente avec le politique.Critiquée pour avoir laissé se développer des stratégies d’influence durant la dernière campagne présidentielle américaine.Elle tente depuis de se mettre à distance de ces problématiques.

Il y a quelques jours, des documents diffusés en interne fuitaient, montrant par exemple que les discussions politiques entre collègues n’étaient plus admises dans l’entreprise.

Mais peut-être que Facebook est devenu politique malgré lui.

Oui Facebook cette géante entreprise privée a eu un rôle dans le révolutions arabes et aujourd’hui en France dans le mouvement des gilets jaune.

Dans certains pays où il peut être compliqué de se réunir pour échanger des idées et s’organiser politiquement contre le pouvoir en place, Facebook a permis de le faire sans sortir de chez soi.

Ou dans le cas des gilets jaunes, qui est un mouvement très disparate géographiquement, Facebook a permis à des gens des 4 coins de la France d’échanger ensemble.

Facebook revient à la première fonction d’internet: rapprocher des gens éloignés physiquement !

Les pétitions devraient permettre de motiver d’autres mouvements de ce type (Gilets Jaune) à se rassembler sur le réseau social. Les règles qui les encadreront n’ont pas encore été précisées.

————

Quelle est la valeur d’une pétition en ligne ?

Alors la pétition en France n’a aucune valeur juridique. Mais elle peut permettre de saisir le Conseil économique social et environnemental.Pour ça il faut que 500 000 personnes majeurs de nationalité française ou résidant en France régulièrement signent la pétition.

Le Conseil Économique Social et Environnemental est un conseil consultatif composés de 233 conseillers issues de syndicats de salariés et de patrons et aussi d’associations.Ce Conseil intervient dans le cadre législatif, il donne son avis sur les projets de loi !

Donc faire un pétition peut donner un poids à ce Conseil pour peser sur le processus législatif donc sur la construction des lois de notre pays !

Les pétitions en ligne peuvent donc avoir la même valeur que celles écrites : aucune juridiquement, seulement un poids sur le monde politique !

La même valeur politique… qu’un sondage d’opinion

La pétition en ligne a donc une « simple valeur politique ». La cause va se faire connaître et reconnaître dans l’espace public soit par son nombre de signatures, soit par la popularité de ses signataires. » Voir le mouvement des Gilets jaunes.

————

Alors que les fake news et les manipulations sont quotidiennes est-on endroit d’être inquiets ?

Le risque d’effet de loupe sur des micro communautés très actives.

Quel rôle va jouer l’algorithme dans l’outil Community Actions ?

L’action de signer une pétition via Facebook restera-t-il un acte vraiment engageant ?

Est-ce que mes signatures virtuelles ou mon engagement citoyen permettront à FB d’encore mieux me cibler ?

Pourra-t-on médiatiser une pétition ?

————

Marques et pétitions

Les marques face à la menace des pétitions en ligne

Souvenez-vous le cas du groupe Ferrero qui avait été de dans la tourmente avec l’affaire du Nutella à l’huile de palme.$Nombreuses pétitions en ligne. Dont une française sur Change.org avec 125.000 signataires pour le retrait de l’huile de palme du Nutella.

A l’inverse, peut-on imaginer que les pétitions puissent être utiles aux marques ?

Le cas de Peugeot

Dévoilé au salon de l’auto 2018, le concept Peugeot e-Legend séduit déjà le public n’aurait jamais dû être produit. Mais une pétition a été lancé pour le voir produit en série avec déjà plus de 56.000 signatures.

Jean-Philippe Imparato, directeur de la marque a répondu sur Twitter qu’il considérera la question à partir de 500.000 signatures.

Facebook intégrera-t-il un outil « décideurs » comme change.org ?

Change.org a créé un système pour les personnalités politiques et économiques, leur permettant de créer un profil sur le site Internet. Elles peuvent ainsi prendre connaissance plus facilement des pétitions qui leur sont adressées et répondre directement.

La Caixa Bank (Banque espagnole) s’est par exemple servi avec succès de cette nouvelle fonctionnalité pour annoncer sur le site à l’ensemble des signataires le retrait des frais supplémentaires tant critiqués. Quatre jours plus tard, le dossier était clos. 

On espère vivement que vous avez cliqué sur le nombre 113 dans : « Épisode 113 » en haut de la description !

. . .

Le Super Daily est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence de content marketing et social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.

Contact : bonjour@supernatifs.com



Partager cet épisode

Juste un truc avant de partir...

Abonne-toi à la newsletter et reçois tous les 15  jours l'actualité social media directement dans ta boîte mail. Rien de spammy, que du bon. Promesse !