Épisode 234 : Bienvenue dans les Summer Sessions du Super Daily ! Tout l’été on vous embarque dans notre tournée des plages avec un épisode à écouter chaque semaine entre l’apéro et la pétanque.On fait le tour de l’actualité social media ! Cette semaine on parle du bouton j’aime Facebook, de Paige Thomson, du sticker donation sur Instagram, du SMART Act, d’influenceurs et de messagerie avec WhatsApp et Telegram.

Stop, arrêtez tout ! Le bouton j’aime de Facebook n’est pas conforme avec le GRPD

En bas de chaque article de news, de blog il est là : le petit bouton bleu « j’aime. »

Un arrêt historique de la Cour de justice de la Communauté européenne selon lequel les propriétaires de sites Web peuvent être tenus responsables de la collecte de données relative à l’utilisation du widget Facebook.

Le côté sombre du bouton « J’aime » de Facebook a pris de l’importance au cours des derniers mois à la suite d’une série de scandales relatifs à la protection de la vie privée.

Un certain nombre d’analystes soulignent que sa fonction principale serait de tracer des personnes et permettre la collecte de données au-delà des produits de Facebook.

Et il y a déjà une jurisprudence avec le cas du site web allemand Fashion ID.Le site a été poursuivi par le groupe de défense des droits des consommateurs allemands « Verbraucherzentrale NRW » pour son utilisation du widget Facebook. La Cour de justice a estimée que Fashion ID devait être considéré comme un contrôleur de données. Responsable de la collecte et de la transmission des données.

En vertu des règles GDPR, un «contrôleur de données» est tenu pour responsable de tout manquement à la protection des données.

L’histoire bête de l’été

Elle nous vient tout droit de l’Amérique du Nord !

Une certaine Paige Thompson, ingénieure informatique aurait piraté la banque Capital One.

Dans ce piratage elle aurait mis la main sur les données de 106 millions de clients des États-Unis et du Canada !

Pour beaucoup des clients il n’y a que des données d’informations civiles peu utiles. Mais la Banque Capital One a confirmé qu’il y avait aussi 140 000 informations de sécurité sociale et 80 000 informations bancaires aux USA. Côté Canadien ce n’est pas moins de 1 millions de comptes liés à la sécurité sociale qui ont été récupérés.

Alors le rapport avec les réseaux sociaux ?

Et bien le FBI a pu arrêté rapidement Paige Thompson, suspecté de ce vol à cause de ces réseaux sociaux.

En effet, l’ingénieur était sur Twitter, Slack et Meetup.

Un message sur Slack l’aurait trahi, après des messages suspects sur un groupe dédié à la programmation et au hacking qu’elle anime sur MeetUp.

Mais c’est un tweet où elle se ventait du piratage qui a fini par convaincre le FBI que c’était bien elle la coupable.

Elle risque aujourd’hui 250 000 dollars d’amende et 5 ans de prison !

Message à tout mes amis criminels : Attention au réseaux sociaux !

Instagram lance le sticker Donation pour les Stories

Instagram déploie cette semaine en France le Donation Sticker pour les Stories .Offre la possibilité aux utilisateurs de soutenir des associations qui leur tiennent à cœur.

Ce nouveau sticker Instagram encourage à partager et à s’engager pour soutenir l’association de son choix en lançant une collecte de fonds.

Comment ça marche ?

Ouvrez l’outil « Stories » et lancez une collecte de fonds en appuyant sur le sticker « Don », disponible dans le menu Sticker. Sélectionnez ensuite l’association de votre choix parmi une liste ou grâce à la barre de recherche. Vous pourrez également choisir de personnaliser ou non la couleur du sticker.

Les association déjà partenaires :

La SPAResos du coeurLigue contre le cancerUnicef

Possibilité de donner 5 – 10 – 20 ou autre

Une fois la collecte lancée, les utilisateurs pourront suivre les fonds récoltés en faisant glisser la story vers le haut. Ce n’est qu’une fois la Story expirée que la collecte prendra fin.

Le SMART Act

Aux États-Unis, le sénateur Josh Harley a déposé une proposition de loi pour rendre les réseaux sociaux moins addictif !

Le Social Media Addiction Reduction Technology Act

D’après lui, trop d’innovations sur les réseaux sociaux ont été conçues pour capter plus l’attention des utilisateurs grâce à des ruses psychologiques pour qu’ils détournent plus difficilement leur regard !

Cette loi vise notamment à imposer une même taille pour les boutons « Accepter et « décliner » si un réseau social vous demande votre consentement pour quelque chose.

L’obligation aussi d’avoir un compteur de temps afin de savoir combien de temps vous passez sur une plateforme peu importe si c’est sur mobile, tablette ou desktop.Avec la possibilité de fixer un temps maximum par jour qui vous limiterai. Une auto-limitation.

Mais surtout l’interdiction de ce qu’il considère comme les pratiques les plus addictive comme l’autoplay, le scroll infini et aussi les systèmes d’achievements qui vous récompensent pour vos actions sur les réseaux ou pour votre temps passé dessus.

Et si pour choisir leurs influenceurs, les marques demandaient des certifications

C’est en tout cas l’idée de la société SEED. Une marque californienne de suppléments probiotiques.Elle exige que les influenceurs faisant la promotion de ses produits suivent des cours et passent un examen avant de faire un partenariat.

Afin que les ambassadeurs de la marque soient informés sur les produits dont ils font la promotion, l’entreprise leur fait suivre une formation et un examen. Si les influenceurs ne réussissent pas l’examen, ils ne peuvent pas bosser avec la marque.

Et devinez où ce se passe et bien sur Instagram ! @seeduniversity.Attention en plus c’est du sérieux. 8 unités de cours disponibles en highlight Story et ensuite un test à passer en ligne. On y parle probitoiques, microfilmes. C’est très sérieux, super bien illustré et documenté.

WhatsApp, Telegram et les messages chiffrés

Telegram et WhatsApp sont connus pour être des messageries sécurisés.

Ainsi sur ces messageries, tous les messages que vous envoyez à vos interlocuteurs sont chiffrés de bout en bout et ne peuvent être donc lus que par vous et votre interlocuteur.

Ainsi normalement il est impossible de hacker vos conversations.

Pourtant il existe des grosses failles dans ces systèmes !

Sur WhatsApp pour Android la faille existe par défaut. WhatsApp sauvegarde par défaut vos historiques dans un stockage externe de l’appareil et donc un hacker pourrait facilement récupérer des informations depuis ce stockage externe.

Pour être plus safe il faut aller désactiver l’option « visibilité des médias »

Du côté de Telegram, la faille existe si vous avez activé la fonctionnalité « Save to Gallery ».

Pareil désactivez là pour éviter de vous faire pirater facilement !

Google a déjà annoncé que sur Android Q une fonctionnalité permettra d’avoir une zone de stockage spécifique pour chaque application.

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.



Partager cet épisode