Pourquoi le taux de conversion n’est pas le bon KPI !

Episode 559 : On réfléchit ce matin à choisir les bons KPI en social média.
Et on entend souvent parler du taux de conversion. C’est souvent l’objectif et le KPi le plus suivi par des marques.
Au final se concentrer sur le taux de conversion en permanence ce n’est pas forcément la meilleure solution pour développer son business.
On va voir aujourd’hui pourquoi.

C’est quoi exactement le Taux de conversion ?

Le taux de conversion mesure le pourcentage des individus ayant réalisé l’action recherché dans le cadre de la campagne marketing.

Par exemple : Je lance une campagne sur les réseaux sociaux pour mettre en avant un nouveau produit en vente sur mon site Internet. Pour faire en sorte que l’opération ait plus de chance de marcher je met en place un code de réduction permettant un discount.

Cette campagne est vue par 100.000 personnes sur les réseaux sociaux. Ca c’est la portée.

Parmi le public touché, 100 personnes achètent sur mon site en utilisant mon code de réduction.

Je me retrouve avec un taux de conversion de 0,10%.

Il existe plusieurs types de taux conversions :

  • le taux de conversion acheteur après campagne

  • le taux de conversion web2Store

  • le taux de conversion sur des inscriptions à un événement

  • le taux de participation à un concours

  • le taux d’individus installant une application ou un logiciel

  • le taux de prise de RDV

Social media et taux de conversion une relation compliquée

Les plateformes sociales sont sans doute l’endroit le plus difficile pour inciter les consommateurs à faire un achat. Même si les réseaux sociaux existent depuis un certain nombre d’années, une grande partie de l’industrie explore encore les indicateurs de performance les plus utiles pour mesurer leur impact sur les conversions.

En fait, la plupart des entreprises commencent à s’éloigner de «l’acquisition de fans» comme KPI au profit de mesures comme le taux de conversion. On est passé d’un vanity metrics à un autre vanity metrics.

——

Evidemment il semble tout à fait logique d’investir plus de temps et d’argent là où ça marche.

Mes campagnes d’influence marketing, mes campagnes pubs et même pourquoi pas ma ligne éditorial… Je veux viser juste là où ça converti le plus.

Et c’est là que le taux de conversion à quelque chose de rassurant… Oui sauf que…

——

Piloter ses actions social media sur la base du Taux de conversion c’est risqué !

Le principal problème avec le Taux de conversion ?

Il nous invite à nous concentrer sur la mauvaise chose.

Vous finissez assez vite par courir uniquement après le petit groupe de visiteurs qui sont les plus susceptibles de convertir immédiatement, ou vous commencez à promouvoir uniquement vos produits pas chers ou en discount.

Voir même dans un souci d’optimisation du taux de conversion vous vous retrouvez à supprimer rapidement les pages de destination qui n’atteignent pas vos objectifs et à orienter vos campagnes social media sur ce qui converti le mieux.

——

Après tout, qui se soucie vraiment de votre taux de conversion? N’est-il pas plus important que vous maximisiez votre profit? Que vos clients les plus rentables reviennent à plusieurs reprises et achètent plus? Que vous agissez pour développer votre notoriété de marque sur la durée ?

——

Source

Source

Le taux de conversion met de côté le customer buying path

Le parcours client est complexe et le rôle que joue chaque canal dans ce parcours est devenu de plus en plus difficile à cerner et à quantifier.

L’une des principales raisons est que les consommateurs d’aujourd’hui utilisent une variété de plates-formes, de canaux et de points de contact pour interagir avec les marques. Une interaction qui commence sur une application social media peut se terminer en magasin à la caisse enregistreuse.

Se concentrer sur le taux de conversion de ses actions social media c’est un peu comme analyser les stats d’un joueur de basket uniquement sur le nombre de paniers marqués. Ou oublie les passes décisives, les rebonds, l’impact sur le moral du reste de l’équipe…

Le taux de conversion ne dit rien de ne dit rien de la notoriété de marque

Que vaut-il mieux ?

Avoir un taux de conversion de 30% mais ma marque a touché 100 personnes en ligne.

Avoir un taux de conversion de 0,03% mais ma marque a touché 10.000 personnes en ligne.

Dans les 2 cas j’ai fais 3 conversions… Mais par contre la portée de ma marque est 1000 fois plus importante d’un côté alors que mon taux de conversion semble vraiment raz les paquerettes.

Limiter son pilotage social media uniquement au taux de conversion c’est une abomination.

Le taux de conversion est un indicateur de l’efficacité d’une campagne, mais pas de sa rentabilité.

D’un pur point de vue mathématique, ce n’est pas parce que vous avez un bon taux de conversion que vous gagner plus d’argent, ou que vous faites mieux connaître votre marque.

Vous pouvez avoir un excellent taux de conversion mais avec des visiteurs qui convertissent seulement sur des petites achats, ou des visiteurs qui vont convertir sur des achats rentables pour votre entreprise.

Par exemple vous pourriez avoir des très bons taux de conversion sur des produits en promotion ou en soldes, mais ce ne sont pas ces produits là qui nous faire gagner plus d’argent.

——

Expérience client vs Taux de conversion

L’opportunité social media réside sans doute dans sa capacité à enrichir et à améliorer l’expérience client.

Le social media c’est un outil de notoriété et aussi une arme absolue en matière de rétention.

Au lieu de penser que le voyage se termine au moment d’acquérir un client, assurons-nous que les informations sont également utilisées pour améliorer l’expérience en tant que client.

Il y a beaucoup e choses à apprendre de vos audiences ur les réseaux. Autant d’infos qui permettent d’améliorer l’expérience client et la fidélisation de ceux-ci.

——

Alors qu’est-ce qu’on fait on abandonne l’étude du Taux de conversion ?

Non. Mais par contre on le met en bas de liste et surtout on le pondère avec d’autre KPis.

Quand je lance une campagne je me focus avan tout sur :

La portée, un indicateur solide de la visibilité de marque.

Le taux d’engagement, un KPi permettant de rendre compte de l’intérêt que prêtent mes audience sa ma marque et mes prises de paroles.

Le CTR : Le taux de clic

Et puis, oui, cerise sur la gâteau je peux regarder aussi où j’en suis de mon Taux de conversion.

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon : https://supernatifs.com/. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.

Comment la marque Feed a fait un hold-up sur Clubhouse ?

Épisode 558 : Les marques peuvent-elle tirer profit de ClubHouse ?
C’est la question que tout le monde commence à se poser et c’est ce que semble penser très fort la marque FEED.

Avec des audiences de 10 000 utilisateurs sur certaines de ses rooms et un gain d’abonnés de quasi 1000 personnes par jour, la marque Feed a fait du nouveau réseau social un axe majeur de sa stratégie de contenu.

Feed c’est quoi ?

Feed c’est une marque de nutrition. Ils font des repas en barres ou en poudre.

Chez Feed on appelle ça de la nourriture fonctionnelle.

Une cible évidente, les gens qui n’ont pas le temps de préparer leur repas. Les targets le monde de la tech et des startup en gérénal.

Clubhouse dépasse les 10 millions de téléchargements dans le monde

Clubhouse c’est l’application du moment. Accessible uniquement sur invitation, c’est un réseau social 100% audio et 100% en direct.

En moins d’un an, le réseau à déjà passé le cap des 10 millions de téléchargement worldwide.

La tendance prend particulièrement au Japon (1,4 million téléchargements)et en Allemagne (625 000).

En France la vitesse de pénétration est moins soutenue puisque en Mars l’application compte 90 000 téléchargements. Pour combien d’utilisateurs réels ?

Tiens au passage, Anthony Bourbon le CEO de Feed à lui tout seul rassemble 22,7 followers sur son profil ClubHouse. Ca représente 1/4 des téléchargements français de l’application !

Feed sur ClubHouse c’est littéralement une marque média

Ils sont partout.

5 rooms qui tournent tous les jours de la semaine.

C’est simple Feed est sur ClubHouse de 8h30 du mat à 19h30 !

Au total ce sont 6 heures de Live chaque jour !

Et aussi des RDV le soir et le weekend.

Dans ces rooms plusieurs dizaines de milliers de participants.

De quoi on parle ?

On y parle actualité, dépassement de soi, self-empowerement, entrepreneuriat, investissement.

Evidemment les sujets sont parfaitement alignés avec les pain point des personnas de la marque.

La marque a investi fort puisqu’elle a recruté 2 journalistes dédiés à l’animation communautaire

Il y en a un qui s’occupe des rooms dédiées à l’actualité et l’autre des discussions thématiques plus inspirationnelles.

Les 2 animateurs sont des professionnels qui sont déjà passés par la case radio.

Feed a aussi un personne dédiée à l’organisation logistique de tout ça. Programmer les rooms, inviter les intervenants, s’assurer que le programme quotidien tienne sans mauvaise surprise.

La marque met aussi en scène ses ambassadeurs de marque

Et ça c’est passionnant. C’est vraiment un modèle d’employee advocacy.

Parmi les employés super actifs on trouve Melanie Der, la directrice Marketing, Emilie Bauer la directrice de la communication, Joachim Zini le 1er employé de Feed…

Des avatars brandés, une bonne astuce pour placer la marque sur un réseau 100% audio.

source

Et puis la marque fait appel à sa communauté.

Sur le compte Linkedin du CEO Anthony Bourbon il y a carrément un appel à idées et co-host. « Avec Feed., on cherche des speakers qui maitrisent leur verticale et qui ont envie de partager leurs connaissances. »

https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6769935505430720513/

Faut il créer un compte pour sa marque ou seulement jouer la carte du personnal branding ?

Sur ClubHouse vous ne pouvez théoriquement exister sur la plateforme qu’avec vos vrais noms et prénoms. Pourquoi ? Et bien parce que chaque compte est rattaché à un numéro de téléphone.

Feed a eu l’idée de créer un compte de marque : Feed. Co

Je trouve que la façon dont la bio du compte est construite est très intéressante. Il y a l’info de la personne derrière le coompte ainsi que le programme des émissions à venir.

Le club Feed : 2,3k membres et 3,5 followers

Comment mesurer les résultats en l’absence de stats ClubHouse ?

Dans un entretien à l’ADN, la marque Feed explique qu’après chaque session, une personne est chargé ede la collecte d’informations statistiques. Nombre de participants, évolution du nombre d’abonnés.

A quoi ça sert pour une marque d’aller sur Clubhouse ?

C’est une question de notoriété.

Il y a forcément un phénomène de following par rebond sur d’autres plateformes. Si je découvre une prise de parole de marque sur ClubHouse je suis susceptible de la suivre aussi ailleurs.

Cela permet aussi de renforcer les liens avec un ecosystème.

Ensuite, on est sur un format temps long. C’est l’occasion parfaite de donner plus de sens à sa marque. Offrir une vision de son why.

Et puis surtout, ça permet de prendre de la place maintenant et de profiter de la prime au early adopters !

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon : https://supernatifs.com/. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.

#TopChef : le phénomène sur les réseaux sociaux !

Épisode 555 : Ce matin dans Le Super Daily, on analyse le phénomène Top Chef ! L’émission de télévision cartonne sur les réseaux sociaux et c’est un pont pas si évident à construire. Beaucoup d’émissions n’ont jamais réussi à s’imposer sur les réseaux, on essaie de décrypter le succès de celle-ci !

Auparavant, la télévision ne se trouvait que dans votre salon. Il y a de fortes chances que ce soit toujours le cas. 

La différence maintenant est que vous n’avez plus seulement un téléviseur parce que vous possédez aussi un smartphone : le fameux deuxième écran.

La télévision n’est plus une expérience solitaire. C’est devenu une expérience interactive 

Un rapport de The Hollywood Reporter :

Parmi ceux qui publient des émissions de télévision, 76% le font en direct et 51% le font pour se sentir connectés à d’autres qui pourraient également regarder.

Le même rapport constate que plus de la moitié des personnes interrogées utilisaient les médias sociaux pour faire des choix en matière de divertissement.

Explosion pendant le confinement

Il existe aujourd’hui un vrai phénomène autour de l’émission Top Chef sur M6.

Et on a notamment remarqué que le premier confinement 2020 a fait entrer l’ émission dans une nouvelle dimension et notamment sur les réseaux sociaux.

La saison 11 qui s’est déroulée en 2020 a clairement cartonné.

C’était 3,7 millions de téléspectateurs en moyenne soit 16 % du public qui était réuni chaque semaine sur M6 devant l’émission.

Clairement avec l’émission Koh-Lanta ce sont les deux émissions qui ont surfé sur le confinement.

Et on retrouve le même type d’histoire, avec un héros éliminé trop tôt : il y avait Claude pour Koh-Lanta qui était le héros des réseaux sociaux et il y avait Adrien du côté de top chef, jeunes princes partis trop tôt…Maeva dans nos bureaux commencent tout juste à s’en remettre !

On le sait aussi le secteur de la restauration a aussi été durement touchés par toute cette crise de Covid 19, c’est donc aussi un prolongement de tout ce secteur qui se retrouve dans cette émission.

Top Chef sur les réseaux

Rien que la page Instagram de Top chef c’est 239.000 abonnés.

On n’y retrouve notamment plein d’extraits des émissions, mais aussi des micros interview face cam exclusive, ou encore quelques Caroussel photo des Backstage.

Pour lancer la 12ème saison, qui a lieu en ce moment même sur la chaîne M6, Top Chef a lancé un live Instagram lors du premier jour.

On retrouvait dans ce live le présentateur de l’émission Stéphane Rotenberg, ainsi que les quatre chefs du jury.

Autant vous dire qu’on joue le jeu social média du côté de Top Chef !

Il y a aussi des Reels, qui battent tous les records !
Avec le célèbre : « Elle est bien ta merde » du chef Michel Sarran. 425k vues

Et l’émission a déjà posté une quarantaine de Reels !

Sur ce format ils se contentent de mettre des petits extraits des émissions un peu culte.

On pourrait imaginer des contenus encore plus spécifiques.

Dans le même genre, il y a alors les vidéo IGTV qui sont des extraits de trois à quatre minutes très efficaces aussi.

Sur Facebook c’est quasiment 800.000 personnes abonnés, c’est juste énorme.

On retrouve là, des extraits de l’émission en vidéo je me suis régalé sur la dernière vidéo hier soir !
Une cuisson de Gambas incroyable de Thomas devant le chef Angel León !

Franchement c’est simple comme stratégie et on pourrait imaginer plein d’autres chose ! Mais en même temps ça fonctionne ! Ce donne envie de regarder !
On a envie de cliquer sur le lien du Replay dans le wording !

Côté Twitter

Il n’y a pas vraiment de présence de la part de l’émission sur Twitter pourtant tous les mercredis l’émission est en top tweet sur Twitter France.

Et c’est là notamment qu’on voit tout l’enjeu du confinement. Comme les gens étaient chez eux mais qu’ils voulaient partager ces moments-là avec d’autres personnes ils l’ont fait sur Twitter.

Et c’est là qu’on voit toute la magie des réseaux sociaux quelque part.

Sur Twitter je voudrais revenir sur un compte fan, qui suit de près l’émission

Il s’appelle Out of context Top Chef

C’est un compte suivi par 14 000 personnes, et qui détourne Top chef.

Dans le club du FC Twitter c’est le compte à suivre pendant une émission top chef.

On suit à la fois les grands événements de chaque émission en live, mais on peut rigoler aussi de ses détournements.

Le principe de ces détournement sont simples : choisir une image de Top Chef et raconter de la merde dessus.

On retrouve par exemple en tweet épingler une photo d’un candidat Top Chef en train de tenir un grain de riz entre ses doigts et la phrase du dessus :
« Cuisiner avec le budget d’un étudiant en 2021 c’est fort comme épreuve #TopChef »

C’est beaucoup de private Joke de fans de Top Chef donc le mieux est d’aller découvrir soi-même le compte tout en regardant bien sur une émission en direct.

Tout le monde joue le jeu

On retrouve des chefs faisant partis du jury qui jouent le jeu avec une vraie présence social media.

Le charismatique Philippe Etchebest avec ses 927 000 abonnés sur Instagram.

Et ses recettes sur IGTV qui pour certaines dépassent les 500000 vues.

On retrouve aussi Hélène Darroze, 3 étoiles au guide Michelin et 575 000 abonnés.

Côté candidat

On voudrait parler de Diego Alary !
Il a participé à la 11e édition de Top chef en 2020, il était le plus jeune candidat de l’émission.

Le gars a 23 ans et déjà un Storytelling bien rôdé puisqu’il a une histoire un peu particulière. Diego se rêvait footballeur professionnel et puis suite à une blessure qu’il a obligé à rester dans un fauteuil roulant pendant un an, il s’est trouvé une passion, grâce à sa maman, une nouvelle voie dans la cuisine.

Il a fait ses armes dans des grands restaurants avant de se présenter à Top Chef.

Bien qu’il n’ait pas gagné et qu’il ait perdu aux portes des 1/4 de finale l’année dernière, il s’est construit une belle communauté !

C’est un phénomène sur TikTok !

Le compte TikTok de Diego Alary

1,4 millions d’abonnés.
24,7 millions de j’aime.

Ses vidéos pour la plupart dépassent les 1 million de vues.

Dernièrement il a posté une recette de Garlic Bread à la mozzarella qui a atteint 3,5 millions de vues.

C’est énorme et ce que je trouve complètement fou, c’est que ses vidéos sont sans fioriture.

Y’a pas de grosse production avec une recette ultra bien léchée, non, c’est filmé au téléphone, c’est monté à la va vite, la colorimétrie est pas très belle mais ça cartonne.

C’est brute et c’est spontané.

En une minute, il te balance une recette et ça marche trop bien !

Le mec poste aussi une vidéo de recettes avec une musique de DJ Snake, deux jours plus tard il se retrouve invité par l’artiste pour lui amener un plat dans son hôtel.

Bien sûr il raconte tout ça sur les réseaux.

Faut se rendre compte que Diego était inconnu il y a moins d’un an et qu’aujourd’hui il est peut-être le chef français le plus suivi au monde.

Et il raconte que pour lui TikTok c’est son restaurant virtuel.

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.

Bad Buzz Burger King : faut-il assumer jusqu’au bout sa tonalité de marque ?

Épisode 554 : Peut-on tout dire quand on défend une personnalité de marque impertinente ?
Ce matin on décrypte le Bad Buzz Burger King et la journée des droits des femmes.
Et on ouvre une discussion ensemble. A quel moment la provocation et la recherche d’engagement vont trop loin ?

Pour restituer : Twitter c’est le royaume de Burger King

Contrairement à Facebook et Instagram, où les plaisanteries portent généralement sur les produits et les offres, Twitter est l’endroit où Burger King exprime les plus fortement ses opinions, balance sur ses concurrents, et bien sûr passe son audience sur le grill.

Son compte US c’est 1,9 millions d’abonnés

Son compte Twitter UK c’est 95k abonnés.

Une analyse menée par Falcon.io montre aussi l’engagement très fort de la marque sur la plateforme Twitter.

Entre le 1er juin 2019 et le 30 juin 2020.

En un an la marque a publié plus de 7500 Tweets et gagné 80k followers.

Non seulement BK tweet mais il répond de façon exhaustive aux demandes de sa communauté.

40% de ses réponses se font en moins d’une heure et le temps de réponse moyen sur un an est de 13 heures en moyenne tout au long de l’année. Dingue !

————

Et soudain Burger King fait un faux pas.

Pour célébrer la Journée internationale de la femme, Burger King a décidé de faire griller son image de marque avec un tweet de son compte au Royaume-Uni.

« La place des femmes est en cuisine. »

Publié sous forme de fil de trois tweets, il explique par la suite que la marque lance un programme de bourses pour encourager les employées à poursuivre une carrière culinaire, dans le but de corriger le ratio hommes-femmes dans l’industrie de la restauration.

Le second message :

« sSi elles le veulent bien sûr. Pourtant, seulement 20 % des chefs sont des femmes. Nous avons pour mission de changer le rapport homme-femme dans l’industrie de la restauration en donnant aux employés l’opportunité de faire une carrière culinaire. »

La bourse HER (Helping Equalize Restaurants) de la Fondation Burger King donnera à deux employées une subvention de 25 000 $ chacune à utiliser pour se former et devenir chef de restaurant.

————

La marque s’est expliqué sur Twitter en précisant qu’ils avaient imaginé cette tactique pour attirer l’attention sur leur programme de financement à l’attention des femmes dans la restauration. Seulement 20% des chefs en cuisine sont des femmes.

Les excuses et explications

L’engagement sur le tweet polémique est 500% plus fort que celui sur le programme de formation à l’attention des femmes.

————

Burger King maitrise toutes les astuces de Twitter : c’est le roi du Guerilla Marketing

Retour sur une campagne d’activation de BK en 2019 qui montre a quel point la marque maitrise les codes de Twitter.

En 2019, le compte officiel de Burger King recherchait des influenceurs de haut vol et likait systématiquement les publications datant de 2010. Ce comportement étrange a vite fait d’attirer l’attention et de susciter des commentaires sur la plateforme. Pourquoi BK like-t-il des vieux posts comme ça ? Ont il un bot mal réglé ?

Au bout de quelques semaines, Burger King a posté un tweet reveel expliquant que « comme vos vieux tweets, certaines choses de 2010 valent le coup d’être redécouvert. Avec une photo de leur funnel cake fries. »

———

Burger King et la Journée des droits des Femmes :

Là ou c’est raté

La tactique sous estime le sujet

Le titre accrocheur est simplement une tentative maladroite de transformer un cliché misogyne en blague, et sape finalement le message que la marque a l’intention de communiquer. Vous auriez du mal à trouver une marque qui, par exemple, utiliserait un commentaire raciste dépassé pour fonder son soutien à une cause antiraciste.

Ce qui marche sur un support ne marche pas forcément partout

Le tweet a été adapté d’une annonce pleine page dans le New York Times , créée par l’agence DAVID Miami pour le marché américain. Sauf que dans la version print, le titre et le contexte sont au même endroit.

———

Au final suppression et excuse

Face a la quantité de messages les accusant d’être misogyne ou alors d’avoir un temps complètement déplacé pour parler d’un sujet plutôt grave, Burger King a fini par supprimer le tweet en question et publier un message d’excuse.
Dans le quel en plus de dire qu’ils sont désolés, il rappelle que leur objectif était d’attirer l’attention sur le fait que seulement 20 % des chefs professionnels dans les cuisines britannique sont des femmes.

Et qu’il souhaitait justement en attribuant des bourses d’études culinaires, aider à combattre cette injustice.

Il précise ensuite dans un second tweet qu’ils ont décidé de supprimer le tweet original non pas à cause de ce tweet original mais parce qu’il y avait des commentaires abusif dans le fil et qu’il ne voulait pas laisser cette espace ouvert pour cela.

Doit-on s’excuser ? Doit-on supprimer son tweet ?

———

L’importance de la tonalité de marque

Votre marque n’est pas un logo, un slogan ou même un produit. Une marque est ce que les gens disent de vous lorsque vous n’êtes pas dans la pièce. C’est un sentiment, une expérience. Les marques ont une personnalité et c’est cette personnalité qui transpire dans votre tonalité de marque.

La tonalité de la marque BK : honnête, accessible et impertinente.

Pendant la crise du COVID Burger King a ajusté sa tonalité

Le slogan de Burger King, normalement placé au-dessus de la porte de leurs restaurants, «Home of the Whopper» a été changé en «Stay Home of the Whopper ».

———

Quels enseignements tirer du Bad Buzz Burger King ?

Chaque interaction sur les réseaux sociaux entre une marque et son public a le potentiel de créer une réaction négative, mais elle peut aussi être une opportunité d’apprendre et de s’adapter.

Dans le cas de BK. Il y a une prise de risque, une maladresse, et c’est parti en live. Objectivement c’est impossible à rattraper. Par contre il y a 2 enseignements à en tirer.

1 – se tenir prêt: si une entreprise prend le risque, elle doit se préparer à l’avance et décider d’un moyen de sortir des ennuis.

2 – Tirer des enseignements avec empathie et s’avoir apprendre de ses erreurs.

L’exemple de Winamax en France

Winamax Sport c’est 595k abonnés !

Bien plus familier

Winamax c’est un ton sur Twitter encore plus familier et vulgaire que ce que pourrait être Burger King.

Mais si le vocabulaire est très différent, la tonalité de la marque est dans le même esprit.

On retrouve des tweets très provocateurs envers les sportifs, les institutions, les entraîneurs, les clubs etc…

Il y a peu de temps, la marque reprenait une Punchline de PNL, l’été dernier quand le PSG et l’Olympique Lyonnais étaient en demi-finale de Coupe d’Europe. Winamax a alors tweeté :
« On prend l’Europe, on l’encule à deux »

Forcément ça a créé une grosse polémique, à tel point que l’Autorité Nationale des Jeux a quand même du sévir et rappeler à Winamax qu’en tant qu’organisme de paris il avait quelques règles à respecter.

Pour le coup, l’histoire est allée jusqu’à la Ministre des Sports, Roxana Maracineanu, qui avait qualifié ce tweet de « à vomir ».

Retour sur l’affaire

Interview du CM de Winamax

Compte Twitter de Gigg’s c’est 59,5K abonnés !

Une interview du CM de Winamax qui date de 2019, où il s’exprime notamment sur cette tonalité.

Hormis le fait qu’il raconte aussi un petit peu son parcours avant d’arriver chez Winamax et qu’il donne son avis sur la Ligue 1, nous parle de la communication de Winamax sur Twitter.

Il explique que cet état d’esprit et cette stratégie représente tout à fait l’entreprise Winamax, qui a eu le mérite d’adopter les codes qu’il pense être ceux des réseaux sociaux et surtout de leur cible .

Il explique d’ailleurs qu’ils n’ont pas de liberté totale non plus, mais qu’il ne se pose pas de filtre dans son travail. La seule limite quasiment est juridique.

Le ton est piquant mais ils veulent juste rire, il n’y a que de l’amour pas de haine précis Gigg’s.

Il revient d’ailleurs sur un énorme Bad Buzz qu’il avait eu avec l’olympique Lyonnais ou Jean-Michel Aulas notamment c’était insurger sur les réseaux sociaux à son encontre.

Dans tous ces cas les CM sont plutôt protégés par la marque, qui défend sa ligne éditoriale.

Lien vers l’interview

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.

Faut-il absolument poster un contenu différent sur toutes les plateformes ?

Épisode 553 : Faut-il absolument poster un contenu différent sur toutes les plateformes ?

C’est le grand débat ! Est-ce que je crée du contenu spécifique pour chaque plate-forme ou est-ce qu’il faut que je recycle des contenus sur toutes les plate-formes ? 

Dans l’idéal oui !

Pas les mêmes audiences / personas
Pas les mêmes usages et moments d’attention
Pas les mêmes codes ou formats

A peu près partout sur le web vous lirez qu’il ne faut surtout pas poster la même chose sur les plateformes. Ah bon ?

Ok, mais ça nécessite énormément d’énergie !

Nourrir les algorithmes des plateformes

La volumétrie idéale sur chaque plateforme est substantielle.

Instagram : 16 publications / semaine
Facebook : 3 publications / semaine
Linkedin : 3 publications / semaine
Pinterest : 4 publications / semaine
Twitter : 5 tweets / jour

Tout ça mit bout à bout ça représente une masse de publications dingue. On parle de plus d’une trentaine de contenus différents donc par semaine.

Et c’est sans compter les plateformes plus récentes : TikTok, Twitch, ClubHouse…

Difficile de rester cohérent

En postant un contenu différent sur chaque plateforme il y a aussi un risque de fragmentation de vos messages

Des tactiques court-termiste pour satisfaire les plateformes

Le plus gros problème est que notre stratégie social media tendent à s’articuler petit à petit autour d’une série de tactiques à court terme. Des tactiques plus que de la stratégie.

« Les Reels sont là, il me faut des Reels. Je confie ça au stagiaire. »
« TikTok il faut y aller. Kevin tu sais faire ? et ben vas-y ! »
« Pinterest explose on va faire de la curation ! »

Il  y a un vrai risque à multiplier les acteurs dans un organisation, à aborder chaque plateforme indepéndemment les unes des autres.

N’oublions pas que l’enjeu du social media pour la marque c’est la cohérence. Pour cela il vous faut une stratégie consolidée.

Rationalisation

Ok, alors on a qu’à tout rationaliser et publier la même chose partout !

Non plus !
Ce serait trop simple.

Déjà la fréquence de publication n’est pas la même entre Facebook et Instagram. Si je publie trop sur Facebook je vais me faire flinguer par l’algorithme.

Et puis les usages sont parfois radicalement opposés. Il y a la question des hashtags, des modes d’interactions d’une plateforme à l’autre…

Il nous faut chercher le juste milieu.

Un bon social media manager est avant tout  pragmatique !

Choisir quelle partie du contenu je recycle d’une plateforme à l’autre

Se reposer sur ses piliers de contenu et n’en travailler que certains sur certaines plateformes.

Un très bel exemple avec les comptes de La Vie Claire.

Page LinkedIn de La Vie Claire
Page Facebook de La Vie Claire
Page Instagram de La Vie Claire

En passant sur leurs comptes trop rapidement vous pouvez avoir l’impression que chaque plateforme à un contenu différent. Pourtant l’ensemble reste cohérent.

Le fait est que La vie Claire à une très belle stratégie de recyclage de contenu organisée autour des piliers.

Les sujets RSE sont déclinés sur chaque plateforme.
Les sujets recettes sont adaptés d’un compte à l’autre : en post sur Facebook, en Stories sur Instagram mais ils ne sont pas sur Linkedin.
Les posts produits sont exclusivement sur Facebook et Linkedin mais pas sur Instagram. Idem pour les posts de la fondation.

On sent que le ou la social media manager à bien bossé son programme éditorial.

La bonne stratégie : Adapter avant de chercher à créer

Savoir adapter un contenu aux formats spécifiques à chaque plateforme est devenu un art martial !

J’ai tout ces jolis contenu issus de mon dernier shooting photo. Je peux les utiliser en galerie sur Facebook, en Caroussel sur Linkedin, en Story sur Instagram, en format 9/16ème sur Pinterest…

Le même contenu mais pas les mêmes wordings

La manière dont vous anglez un contenu est primordial. Quoi de mieux que de pouvoir ajuster ou même complètement changer le wording que vous utilisez avec un contenu pour l’adapter à la plate-forme et à l’audience qui va réceptionner ce message.

Et oui le wording fait autant partie du contenu que les visuels.

Vous n’aurez donc pas la même manière de vous adresser à votre audience LinkedIn qu’à celle Facebook.

Je pense qu’un des secrets de ses adaptations passe donc par cette capacité d’écriture.

Le même contenu mais pas au même moment

C’est la stratégie développée par Brewdog.
On retrouve un certain nombre de posts communs entre Instagram et Facebook mais le jour de publication est très étudié. Il ya bien souvent un décalage d’une dizaine de jours entre les 2 plateformes.

Ce qui permet d’éviter que le même message ne parvienne à la même personne le même jour et cela permet aussi de multiplier la portée de celui-ci.

La page Instagram de Brewdog
La page Facebook de Brewdog

Brewdog s’est aussi fait une spécialité de recycler leurs nombreux contenus Youtube en IGTV ou en posts Facebook.

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.

Les politiques ont-ils besoin des réseaux sociaux pour exister ?

Épisode 552 : Ça fait un moment que ce sujet là nous trotte dans la tête, mais les récentes apparitions de politiques sur Twitch en France nous ont poussé à sauter le pas !
Et oui après François Hollande c’est carrément Jean Castex qui a fait une apparition dans le show de Samuel Étienne.
Alors déjà l’arrivée de Samuel Étienne sur Twitch était une forme d’ouverture, ou presque un grand écart pour la plate-forme en France. On a donc décidé dans cet épisode de décrypter la prise de parole des personnalités politiques sur les nouvelles plateformes sociales !

Samuel Étienne

Chaque année les plus grosses stars de Twitch en France se retrouve comme pour le Téléthon afin de streamer pendant tout un week-end et lever un maximum d’oseille pour des associations.

La dernière fois que c’est arrivé c’est Samuel Étienne qui présentait cette émission et le défi lui a été lancé de monter sa propre chaîne Twitch.

Samuel Étienne a foncé et aujourd’hui il a une matinale tous les matins sur Twitch qui cartonne.

Mais il a eu l’idée récemment d’inviter d’abord François Hollande sur sa chaîne.

C’est quand même un carton puisque sa matinale oscille entre 50 000 et 130 000 vues la rencontre avec François Hollande a réuni 725 000 vues.

Devant le succès rencontré par cette interview, c’est autour de Jean Castex de venir à la rencontre de Samuel Étienne.

Jean Castex c’est quand même le Premier Ministre en fonction de la France, et c’est sûrement la première fois qu’un ministre en fonction s’exprime sur une plate-forme comme Twitch.

La chaine Twitch de Samuel Etienne

Un Premier Ministre sur Twitch

Si François Hollande avait débarqué sur la plate-forme souriant et avec un ton très décontracté c’était plus compliqué pour Jean Castex.

En tout cas si le Premier Ministre a choisi d’aller parler sur cette plate-forme ce n’est pas pour rien.

Il voulait s’adresser à des personnes qui n’allaientt pas écouter les conférences de presse ou lire ses interviews.

Les questions étaient encadrées par Samuel Étienne avec un règlement simple, il faut 3500 points de chaîne pour pouvoir poser une question. Ce qui veut dire qu’il n’y a que les personnes qui suivent depuis longtemps la chaîne de Samuel Étienne qui pouvaient poser des questions ce soir là.

Sans débattre plus longtemps sur le fond, on remarque surtout une grosse tendance sur ses prises de parole sur les réseaux sociaux.

Samuel Étienne a maintenant lancé une invitation pour Marine Le Pen qui sera peut-être sa prochaine invité.

Article sur le sujet

Débat sur Twitch

Twitch était comme une plate-forme ultra centré autour du Gaming, et voir aujourd’hui des hommes politiques prendre la parole sur cette plate-forme pour parler de sujets complètement différents du Gaming peut interroger.

On a même vu de nombreux personnes venir tancer Samuel Étienne sur Twitter par exemple pour lui dire que ce n’était pas normal d’inviter des politiques sur cette plate-forme.
Samuel Étienne a répondu que personne n’était obliger de regarder ses vidéos.

Twitch c’est aussi un espace de liberté, et ça peut devenir un outil de dialogue, d’échanges et de débat.

Article de France Inter sur le sujet

Twitch, le temps de la contre culture web, est en mutation

Longtemps perçue comme un haut lieu de la contre-culture web, Twitch s’ouvre largement au grand public depuis le premier confinement. Hier 100% game, la plateforme a diversifié ses sujets et accueille désormais des artistes, des influenceurs, des journalistes et même des politiques….

Et là ça passe moins bien. Certains habitués de la plate-forme parle même de trahison.

La chaîne Acropolys avait pourtant donné le ton

En 2019 déjà nous avions pu assister à une grande première en France.

Pendant 11h, le youtubeur Hugo Travers et les membres de la chaîne Twitch Acropolis, ont tenu le premier Débathon. 10 ministres se sont succédés pour débattre avec des jeunes autour des quatre thématiques du grand débat.

Cette série d’interviews en live avait à l’époque rassemblé plus de 300 000 personnes.

Lien vers la vidéo

Aux Etats-Unis, Twitch est déjà un territoire d’expression politique

Une élue démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, icône de la gauche US, avait connu un succès retentissant en octobre 2020 lors de la diffusion en direct sur Twitch d’une partie de jeu vidéo, qui avait pour but de pousser les jeunes électeurs à voter lors de la présidentielle.

5 millions de vues sur Twitch !

Bernie Sander’s possède lui aussi une chaine Twitch. Celle-ci est suivi par plus de 162k personnes et diffuser fréquemment des tables rondes ou des débats.

Lien vers la chaine de Bernie Sanders

Le gouvernement parle aux jeunes

Article Des Échos sur le sujet

Clairement, depuis un an, on voit le gouvernement essayé de parler aux jeunes par d’autres biais que les mass médias classiques.

On sait que les moins de 30 ans suivent différemment l’information et notamment à travers les réseaux sociaux.

Cependant, les classiques Facebook, Instagram ou Twitter ne suffisent plus à toucher les plus jeunes.

On a donc vu aussi Gabriel Attal porte-parole du gouvernement parler avec des influenceurs sur YouTube, Arnaud Montebourg débattre sur ClubHouse, ou encore Emmanuel Macron et Marlène Schiappa sur TikTok.

Article de France Info sur le sujet

Le gouvernement sur TikTok

On peut se dire que tous les espaces médiatique sont des aubaine pour les différents hommes et femmes politiques.

Cependant, on peut se poser la question de si il était bien crédible et utile de prendre la parole ainsi sur TikTok.

On se souvient de la prise de parole de Marlène Schiappa sur TikTok en 2020.

D’ailleurs on remarque que c’est plutôt en échec puisque Marlène Schiappa n’a pas refait de vidéos depuis les deux vidéos qu’elle a sorti à la fin de l’année 2020. Et c’est dommage car cela partait plutôt d’une bonne intention avec un partenariat avec la plate-forme pour sensibiliser les jeunes sur les violences faites aux femmes.

Publicitaire politique interdit

En France, la publicité politique est interdite depuis la loi de 1990 qui avait pour objectif de limiter le pouvoir de l’argent dans la vie politique.

Et oui, la France ce n’est heureusement pas les Etats-Unis. Ici il est interdit d’acheter de la publicité sur les plateformes sociales.

Le gouvernement et les influenceurs

Si la publicité politique est interdite l’achat d’influence marketing ne l’ai pas !

« Sans filtre » l’émission mensuelle du gouvernement sur Twitch.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a lancé une nouvelle émission mensuelle en février dernier.

« Sans filtre » c’est un programme d’échange avec des jeunes et surtout des influenceurs qui se déroule en direct sur Twitch et sur YouTube.

On a retrouvé par exemple dans la première émission la youtubeuse Enjoy Phœnix quui après l’émission a été assez critique sur le format.

En effet, c’est intéressant que des jeunes puissent poser des questions aux hommes politiques, mais ces influenceurs ne sont absolument pas formés pour pouvoir répondre à la communication d’un porte-parole du gouvernement.

Du coup peut-être qu’un journaliste ou deux pourraient être intéressant pour venir aussi encadrer le débat. Il manque clairement de contradictoire dans ce type d’émission.

La chaine Twitch de Gabriel Attal

Les influenceurs dragués très sérieusement par les politiques

Depuis le début de l’année le gouvernement multiplie les collaborations avec les influenceurs français, Enjoy Phoenix, Lena Situations et, dernièrement, McFly et Carlito défiés par Emmanuel Macron lui-même.

C’est même directement Macron qui a pris la parole sur les réseaux sociaux pour défier les deux stars de YouTube pour qu’elle fasse la promotion des gestes barrières.
Résultat des courses une vidéo de Mc Fly et Carlito qui culmine à plus de 14 millions de vues.

Lien vers la vidéo de Mc Fly et Carlito

De son côté, La France Insoumise lance son propre réseau social

Même si Mélanchon est à sa manière un big player sur les réseaux sociaux, la France insoumise a décidé de créer sa propre plateforme sociale. Ça s’appelle Action populaire.

Le parti ne fait pas de secret. Il s’agit de contrer une éventuelle forme de censure lors de la prochaine campagne avec un portail permettant de communiquer en se passant de l’entremise des géants du web.

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.

Youpi c'est lundi : A New-York mystery sur TikTok, Twitter, refonte Tweetdeck, Facebook n°1 et sous-titres sur Instagram.

Episode 551 : Comme tous les lundis, on fait le tour des news Social Media. Ce matin on parle de l’histoire d’une jeune New-Yorkaise qui a explosé grâce à TikTok, on parle aussi de publicitaire Facebook, de la refonte de Tweetdeck, de Twitter qui ne crop plus vos photos, de Facebook qui dépasse les 40 millions d’utilisateurs mensuel et de Instagram qui teste les sous-titres intégrés…

A New-York Mystery sur TikTok

C’est clairement l’histoire de la semaine dernière.

Une jeune New-Yorkaise qui s’appelle Samantha Hartsoe a fait un buzz énorme sur TikTok.

Elle a sorti une histoire sur quatre vidéos sur TikTok qui a cartonné.

Pour vous raconter elle commence à expliquer qu’elle a senti de l’air froid chez elle, elle a donc cherché d’où venait cet air froid.

Ensuite, elle s’est rendu compte que l’air froid venait de son miroir dans sa salle de bain.

Elle a donc décidé de décrocher son miroir, et là, elle tombe sur un énorme trou caché derrière le miroir qui donne sur l’appartement voisin.

Elle raconte tout ça, façon film d’horreur bien sûr.

Ensuite, elle nous emmène dans cet appartement voisin et nous fait faire le tour du propriétaire c’est un appartement abandonné…

Elle appelé cette aventure « A New York City mystery »

Et l’histoire a tellement été énorme qu’elle a attiré l’attention d’abord des médias locaux.

Elle a ensuite même été interviewé dans The Ellen Show qui est juste l’émission de Ellen DeGeneres !

C’est juste énorme ! Comme quoi avec une bonne histoire, une bonne plateforme, on peut encore devenir célèbre !

Le compte TikTok de Samantha Hartsoe

##nNouvelles options publicitaires sur Facebook

En fin de semaine dernière, Facebook a annoncé un certain nombre de nouvelles options de monétisation à l’attention des créateurs de contenu.

Evidemment il est question de rapporter de la pub à peu près partout et notamment dans les contenus vidéos. Les publicités interstitielles pourront désormais apparaître au coeur des vidéos y compris celle avec un format de 1 minute seulement.

Auparavant, seules les vidéos de trois minutes ou plus pouvaient être monétisées avec des annonces InStream.

Evidemment il s’agit ici pour le Groupe Facebook de donner de l’amour aux créateurs de contenu et de les retenir dans leur fuite vers TikTok.

Dans son communiqué, Facebook précise que le contenu au format court est une priorité. A ce titre, ils arrivent avec une nouveauté qui risque de ne pas passer inaperçue.

Dans les semaines à venir, Facebook va commencer à tester la capacité des créateurs de contenu à monétiser leurs stories Facebook avec des publicités qui ressemblent à des stickers.

En gros je suis un créateur de contenu, je vais pouvoir intégrer à ma story un sticker avec le logo d’une marque et toucher des sous en fonction du nombre de personnes qui voient ou interagissent avec ma story.

Refonte de TweetDeck

En 2011, Twitter a racheté TweetDeck, une application ultra utilisée par les CM pour gérer plusieurs comptes Twitter à la fois.

Lors d’un entretien accordé à The Verge, le chef produit chez Twitter, Kavon Beykpour, a annoncé que les équipes de Twitter était en train de travailler sur une refonte en profondeur de cette application.

Il avoue notamment que Twitter a un petit peu délaissé cette application TweetDeck, et que depuis son rachat en 2011 aucun changement particulier n’avait été observé sur la plate-forme.

C’est donc 10 ans plus tard que Twitter reprend enfin cette application en main.

Les équipes de Twitter auraient repris le projet à zéro pour vraiment refaire toute l’appli.

Non seulement il va y avoir une refonte visuelle et créative mais aussi fonctionnelle, qui devrait changer drastiquement la manière dont s’articule aujourd’hui TweetDeck.

Alors cette refonte n’arrive pas non plus complètement au hasard, puisque Twitter cherche comme on l’a expliqué il y a peu de temps dans Le Super Daily, des moyens de générer de nouveaux revenus.

On peut imaginer que TweetDeck devienne aussi un outil, pour mieux gérer les abonnements Premium dont a parlé Twitter, les super follow, ou encore ces salon audio.

Source

Alléluia ! Le bug des photos sur Twitter est sur le point d’être résolu !

Qui ne s’est pas déjà agacé par la façon dont Twitter rendre nos photos.
Incroyable nous sommes en 2021, l’Homme a envoyé un robot sur Mars, on à tous un mini studio de cinéma format vertical au fond de la poche, je peux télécharger un app de deepfake et prendre la tête de Jean Castex… Mais Twitter est toujours incapable gérer correctement les images uploadées sur sa plateforme !

Aujourd’hui quand j’upload un visuel, Twitter procède à un recadrage. Un recadrage aléatoire à sa convenance et selon ses goûts. Résultats : bien souvent c’est raté !

La plateforme vient d’indiquer qu’elle va commencer à tester une nouvelle façon d’afficher les images sur le fil d’actualité. Au lieu de recadrer les images, Twitter va tout simplement garder le format original. Enfin!

C’est tout bête mais il y a des chances que cela change pas mal l’usage de Twitter.

Facebook passe les 40 millions d’utilisateurs en France

Ça y est Facebook dépasse le cap impressionnant des 40 millions d’utilisateurs en France.

On parle là d’utilisateurs mensuels de Facebook, c’est juste énorme. Il y a en France, 40 millions de personnes qui vont tous les mois se connecter sur Facebook.

Ce qui est fou, c’est qu’il y avait 39 millions d’utilisateurs en décembre 2020, Facebook a donc pris 1 million de nouveaux utilisateurs seulement sur le premier trimestre 2021.

C’est une discussion qu’on a souvent avec des clients ou même des amis utilisateurs lambdas des réseaux sociaux, où l’on se pose la question de « est-ce que Facebook est encore utile? ».

Beaucoup pense que Instagram est vraiment la plate-forme où il faut être aujourd’hui et que l’intérêt de Facebook est moindre.

Quand on se rend compte qu’il y a 40 millions utilisateurs en France sur Facebook, on peut se rappeler que c’est vraiment un mass media.

Les critiques sont toujours les mêmes : le désintérêt des générations les plus jeunes , l’ascension des plates-formes plus modernes, le peu de visibilité organique, l’exploitation des données personnelles…

Au final Facebook est le numéro 1 :
2,8 milliards de personnes utilise Facebook tous les mois dans le monde, tous les jours 1,85 milliards de personnes se connecte à Facebook.

Il existe très peu de pays où Facebook n’est pas numéro un.

Il y a la Russie avec Vkontakte, la Chine avec WeChat, mais aussi plus étonnant le Japon avec Twitter ou encore l’Iran avec Instagram !

Source

Instagram teste une nouvelle option de sous-titrage automatique pour les stories

Certains utilisateurs y ont eu accès dans leur application Instagram, mais lorsqu’ils publient un message, ils reçoivent un message d’erreur « Interne uniquement ». Instagram a confirmé que le processus est actuellement en cours de test et n’est pas censé être disponible au public pour le moment.

Instagram développe cette option depuis de mois d’août de l’année dernière. Les sous-titres automatisés ont été ajouté pour les téléchargements IGTV en septembre.

Evidemment l’ajout de sous titre à un contenu vidéo est une bonne nouvelle. Sauf que, sauf que pour l’instant le système de retranscription automatique est vraiment conçu pour les contenus en langue anglais… En français c’est la catastrophe.

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.

Instagram Reels : Comment raconter une vraie histoire en 15 secondes de vidéos

Épisode 549 : Il faut faire des Reels. Oui, plus le choix, il le faut ! Vos audiences veulent du Reels, l’algorithme d’Instagram veut des Reels, même votre boss commence à vouloir du Reels.

Alors, la vidéo verticale ça c’est bon on sait faire. Facile.

Mais 15 secondes ! 15 secondes on a le temps de rien dire. C’est trop court 15 secondes…

Et bien figurez vous que non.

En 15 secondes on peut faire passer un message de façon efficace et surtout très mémorisable.

15 secondes c’est parfait à la condition de storyteller votre contenu avec méthode.

Ce matin on passe au crible le format Reels et on vous donne nos astuces pour raconter une histoire en 15 secondes.

Pourquoi le format 15 secondes s’impose ?

Les audiences se sont habituées à ce format ultra court, le format d’une Story.

On remarque même que sur des vidéos sur les réseaux sociaux, le taux de chute se situe souvent, en moyenne, entre 10 et 15 secondes de votre vidéo.

Ce qui veut dire que lors ce que vous faites une vidéo d’une minute ou plus, Il faut que vous ayez raconté l’essentiel de votre message dans les 15 premières secondes.

Vous pouvez toujours essayer les petites astuces pour essayer de faire rester les gens sur votre vidéo, mais pourquoi se battre contre la tendance et pas plutôt s’adapter.

Le format 15 secondes pas si court et exotique que ça

Avec l’apparition du format vidéo 15 secondes nombreux ont été ceux qui se sont étonnés de sa durée. Trop court pour raconter un truc. Trop court pour convaincre…

Sauf que finalement ce format on le connait tous bien depuis un moment. C’est notamment un format devenu presque habituel en publicité TV.

À une certaine époque, la publicité présentée au petit écran devait durer 60 secondes. Puis, au milieu des années soixante, les annonceurs décidèrent de contourner l’augmentation des tarifs publicitaires en employant des commerciaux de 30 secondes, puis de 15 secondes.

Selon une étude Statista, en 2019, le format moyen des publicités sur FranceTV est de 20 secondes.

https://fr.statista.com/statistiques/694581/duree-moyenne-des-spots-publicitaires-television-france/

Le story telling vidéo ça compte même pour ses Reels Instagram

Quelle histoire votre vidéo raconte-t-elle ? Votre vidéo peut être visuellement parfaitement réussie mais si l’histoire ne tient pas la route, personne ne va y prêter attention.

Le story telling c’est le meilleur outil à votre disposition pour engager vos audiences.

Dans la production de vos contenus vidéos : 50% du travail devrait se faire en amont. Avant même avoir tourné la moindre image. Quels sont les objectifs de cette vidéo ? Comment pouvez vous résoudre les problématiques auxquelles fait face votre client ?

Ok mais comment raconter une histoire qui tienne la route dans une vidéo de 15 secondes ?

De l’humain et de la narration

Ce n’est pas parce qu’on a que 15 secondes qu’on ne peut pas raconter une histoire.

Attention : un réel = un message !

N’essayez pas de regrouper toutes les fonctionnalités de votre produit dans une histoire courte. Ca ne marchera pas. C’est simple en 15 secondes vous pouvez faire passer un seul message. Ni plus ni moins.

Une fonctionnalité, un plus produit, un élément différenciant…

Pensez à la structure de votre Reels avant de le tourner

La structure de votre reels doit être pensée dans les moindres détails. 

N’oubliez pas que chaque seconde compte.

Toutes les bonnes histoires sont en général structurée de la même manière.

Une bonne histoire se raconte en 3 actes.

L’acte un met en place l’histoire et présente les personnages, l’acte deux soulève le conflit ou le dilemme et l’acte trois fournit la résolution.

Dans les 5 premières secondes, nous découvrons l’activité de votre client. Au cours des 5 secondes suivantes, nous apprenons à quel point ils ont eu un challenge vraiment difficile. Et dans le dernier acte de 5 secondes, nous voyons comment ils ont résolu ce challenge (avec votre aide, bien sûr).

Ajouter un petit call to action pour finir la vidéo et vous avez tout gagné.

Une série de vidéos en 15 secondes pour l’état de l’Oregon.

https://www.youtube.com/watch?v=MlvKP8YPi3E&t=25s

Rapporter des textes dans vos Reels

Utiliser du texte sur l’écran peut-être une très bonne solution pour accentuer la rapidité à laquelle on fait passer un message.

Inclure du branding dans ses Reels

Vous pouvez ajouter des éléments de marque pour pouvoir vous distinguer et installer une certaine cohérence entre vos différentes vidéos.  

Des filtres de couleur, des filtres de réalité augmentée personnalisé, ou alors des GIF ou autocollants de marque que vous avez créé vont être autant de détails qui vont vous permettre de mettre en avant votre marque dans votre vidéo de 15 secondes.

L’opportunité Reels

Portée organique

Push algorithmique sur tous vos autres formats de contenu

Peu coûteux et fort impact de mémorisation

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon : https://supernatifs.com/. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.

NFT : du gif de chat au tweet, tout peut se vendre sur les réseaux

Épisode 548 : Mais qu’est-ce que sont les NFT? C’est la nouvelle crypto monnaie orientée « Art » à mi-chemin entre Black Mirror et Blade Runner qui explose en ce moment !

Aujourd’hui, la notion de collection d’art s’est clairement étendue aux réseaux sociaux et au web.

Qu’est-ce qu’un NFT ?

Un Non-Fungible Token en anglais et jeton non fongibles en français.

OK ? Mais ça ne nous aide pas des masses à piger… Pas de panique on va vous expliquer !

Non fongible ?

 «Non fongible» signifie plus ou moins qu’il est unique et ne peut pas être remplacé par autre chose. Par exemple, un bitcoin est fongible – échangez-en un contre un autre bitcoin, et vous aurez exactement la même chose. 

Comment fonctionnent les NFT?

Les NFT fonctionnent sur le même principe que les cryptomonnaies. Ils sont basés sur la blockchain de l’Ethereum.

Le NFT est à l’oeuvre d’art ce que le Bitcoin est à la monnaie

Pour vulgariser au maximum, on peut comparer ça avec le jeu vidéo, où on peut généralement acheter des objets virtuels, comme une skin ou une arme.

Dans un jeu où le développeur multiplierait à l’infini un même objet, et où chaque joueur pourrait l’acheter, on serait dans la situation des cryptomonnaies classiques.

Sauf que, si le développeur décide d’inclure seulement un seul de ces objets pour tous les joueurs, celui-ci serait unique et, forcément, sa valeur s’envolerait en raison de la demande. 

Des oeuvres basées sur la blockchain

Comme les cryptoactoifs comme le bitcoin, les ethereum ou le cardano, les NTF sont
basés sur une blockchain. Ils sont donc infalsifiables, ineffaçables et non reproductibles, d’où leur valeur.

Pour rappel, la blockchain est un système de stockage et de transmissions d’infos, une sorte de disque dur virtuel qui fonctionne sans système de contrôle.

Contrairement aux cryptomonnaies, en revanche, ils ne sont pas interchangables, étant chacun uniques (non fongibles). Ce qui permet à leurs acquéreurs de réellement posséder les droits sur une œuvre digitale, que ce soit une image, une animation ou une vidéo.

On parle de jetons non échangeables, ici les jetons représentent la valeur de l’oeuvre, des parts de l’oeuvre; Un acheteur peut posséder une partie d’une oeuvre. Moins il y a de jetons, plus l’oeuvre est rare et potentiellement chère.

Les NFT sont numériques et peuvent prendre plusieurs formes
On retrouve donc des images, des GIF, des vidéos, des musiques, des dessins, des cartes à collectionner, …des tweets Tout est permis pour les artistes du moment que leur œuvre se présente sous un format numérique.

Des créateurs numériques qui misent sur le NFT

Je suis tombé sur le compte de Mark Parris motion designer américain et qui présente clairement ses motions comme des oeuvres.
Sur les statuts de ses créas, des animations de mouvements sans fins inspirées de la méditation on peut lire, les enchères se terminent bientôt, il se peut qu’à l’avenir cette série Vaille beaucoup d’argent.

La folie NFT s’empare du web social !

Jack Dorsey met en vente son tout premier tweet sur la plateforme valuables.
Le Tweet mis en vente par @Jack a depuis fait l’objet de plus d’une quarantaine d’enchères, montant de 1$ à 2,5 millions de dollars.

Autre buzz. Logan Paul le Youtubeur américain aux 22 millions d’abonnés a vendu sous forme de NFT 12 extraits de ses vidéos. Cette collection nommée « Break Moments NFT Collectibles » a cartonn et s’est vendue pour un total de 125 800 dollars.

Lorsque vous acheter un NFT vous détenez la propriété de l’oeuvre

Là où tout ça est fascinant c’est que vous pouvez copier un fichier numérique autant de fois que vous le souhaitez. Pomme C, pomme V.

Mais les NFT sont conçus pour vous donner quelque chose qui ne peut pas être copié: la propriété de l’œuvre.

L’artiste conserve évidemment la propriété intellectuelle comme pour une oeuvre d’Art physique. Mais vous avec votre NFT vous possédez la propriété tout court.

A quoi ça sert de posséder un NFT ?

L’achat d’un NFT vous donne généralement des droits d’utilisation de base, comme la possibilité de publier l’image en ligne ou de la définir comme photo de profil. De plus, bien sûr, vous gagnez le droit de vous vanter que vous possédez une oeuvre d’ARt.

Plus sérieusement, les NFT fonctionnent comme n’importe quel autre actif spéculatif. Vous l’achetez et espérez que sa valeur augmentera un jour.

Qui dit oeuvres d’art dit galeries d’art

Sur le web on trouve de véritable salles des ventes virtuelles ouvertes aux passionnés de ce nouveau type d’art et il n’est pas réservé qu’aux nouvelles générations.
Je suis tombé sur un article sur José Delbo, cet Argentin de 87 ans qui a travaillé sur les comics de Wonder Woman, Batman ou encore Transformer dans les années 70.

Récemment i la travaillé à la création d’une série de NFT en collaboration avec un duo d’artistes de Milan : Hackatao. Les NFT ont été proposés sur le site Makersplace sous la forme d’une série baptisée « Héroïnes ». Elle est décrite comme « une ode visuelle en célébration des femmes de notre monde et de l’héroïsme que chacune d’entre elle possède ».

Une dizaine de visuels photos et vidéos ont été vendues en un millier de tokens pour la somme totale de 1,85 millions de dollars

source

Quelques exemples de NFT déjà célèbres

Vendredi dernier, Jack Dorsey le fondateur de Twitter a publié un lien vers la plateforme valuable.
Et sur cette même plateforme, il proposait d’acheter les droits, la propriété de son premier tweet : je viens de créer mon compte twitter » daté de 2006.

Les enchères ont fulgurativement grimpé et aujourd’hui, ce tweet vaut 2,5 millions de dollars. IL paraîtrait que Jack n’a pas encore accepté d’offre !

source

Qui peut créer un NFT ?

Tour le monde. Les NFT vous permettent d’authentifier potentiellement tout ce que vous créez sur Internet. 

Pour l’instant, les internautes se sont surtout servis de cette technologie pour vendre leurs créations certifiées, et donc pour créer une sorte de marché de l’art virtuel. C’est ce marché qui a fait les gros titres récemment, et qui a immédiatement créé une bulle spéculative.

Le processus est relativement simple, et gratuit. Vous pouvez notamment le faire sur le site NiftyGateway en remplissant quelques questions et en mettant un lien vers votre portfolio de créations.

Les équipes de Nifty Gateway ne permettent pas à tout le monde de faire de leurs tweets des œuvres d’art. Il y a une étude préalable.

Mais théoriquement rien ne vous empêche de tenter votre chance avec votre plus beau mème ou votre plus joli GIF animé.

L’oeuvre d’Art Unique face à la reproductibilité de l’Art

Cela remettrait en tout cas clairement en doute la pensée de Walter Benjamin, célèbre auteur de « L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », qui anticipait déjà la reproduction à l’infini des objets numériques

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon : https://supernatifs.com/. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.

Quelles stratégies de highlights stories sur Instagram ?

Épisode 547 : Les Highlights Stories ont été introduites en 2017 par Instagram. Déjà 4 ans !
Elles apparaissent dans une rubrique dédiée, située en-dessous de la biographie sur le profil. Les stories qui sont basculées à la Une deviennent alors permanente set restent visibles à cet emplacement, au-delà du délai de 24 heures.
Utilisé stratégiquement, les Stories à la Une sont sans aucun doute l’une des armes les plus efficaces à votre disposition pour apporter de la valeur ajoutée à votre compte Instagram. Une opportunité malheureusement fréquemment sous exploitée. On vous présente les meilleures stratégies.

Il est ultra important de bien travailler cette partie là de votre compte Instagram.

Tout simplement comme on l’a répété Instagram est devenu votre Home page.

Aujourd’hui quand quelqu’un cherche votre marque vous avez de grandes chances pour qu’il la cherche d’abord sur Instagram.

Et donc quand il tombe sur votre compte Instagram qu’est-ce qu’il va voir en premier ?

Il a votre photo de profil où il peut cliquer pour voir vos Story du moment. Ensuite il va sûrement lire votre bio. Et puis avant même de voir votre grille et vos posts, ses yeux vont passer sur les Highlight Story.

Il est donc primordial de bien travailler déjà pour le recrutement de votre page Instagram, et puis pour les utiliser du mieux possible comme un espace de communication sur Instagram.

Pour bien travailler ces Highlight Story, il faut bien choisir de quoi on veut parler à l’intérieur.

Souvent on a envie de tout mettre, comme dans les posts, comme dans les Story, comme de partout…

Il faut savoir segmenter, il faut que l’espace en Highlights Story soit utilisé dans un but précis.

On va voir ensemble aujourd’hui différentes stratégies ou une marque a axé ses highlight story sur un sur un thème !

Les Stories Instagram Highlights présentent plusieurs avantages :

– En fonction de la stratégie adoptée, vous pouvez ainsi permettre aux utilisateurs d’en apprendre davantage sur vous.

– De plus, si vous avez un compte certifié ou si 10 000+ utilisateurs suivent votre compte, vous êtes en mesure de créer du trafic régulier à partir des liens insérés dans vos Stories Instagram « à la Une ».

Des highlights stories pour mettre en avant ses produits

@tediber_fr sur Instagram

Couette
La tête de lit
Grand Tedi
Tedi by Tedibear
Canapé lit

Reebok : presentation des produits et couvertures soignées

La page Instagram de Reebok

J’ai choisi Reebok une marque qui n’est pas française mais parce que j’aime beaucoup la manière dont ils ont travaillé leurs Highlights.

Ils ont une stratégie où il présente leurs produits.

On retrouve différents types de Reebok pour chaque highlight : les Floatride, les Zig, les Nano et les Club C.

Et puis on retrouve les dernières sorties ainsi que les collaborations de la marque sur certaines baskets.

Ce que je trouve ultra intéressant dans leur Highlights, c’est la manière dont ils ont travaillé la couverture de chaque Highlight.

Il est ultra important de bien travailler sa couverture, c’est peut-être ce qui va donner envie de cliquer à vos audiences.

Là ils ont fait une petite illustration de chaque modèle de basket, et ça rend hyper bien.

On reconnaît vraiment à chaque fois la basket et on a envie de cliquer dessus pour la voir en vrai du coup.

Ils ont choisi de garder en fond la même couleur que celle de leur logo, mais ils auraient même pu choisir une couleur par paire de baskets.

Des hightlights Stories pour souligner son service client

La Canadienne : stratégie Customer service

La page Instagram de La Canadienne

Une des solutions dans le choix de stratégie des Highlights stories est de dédier cette espace à du service client.

Dans ce cas là on communique peu sur qui on est, ou ce qu’on fait, mais plus sur le rapport au client, en l’aidant à comprendre quelles démarches il peut avoir.

Alors qu’est-ce qu’on retrouve comme Highlights ?

Où trouver les boutiques ?

Une première Highlights qui présente les boutiques de La Canadienne. On retrouve des Stories, de chacun de leurs magasins, ce qui permet rapidement de savoir en tant que client s’ il y a un magasin à La Canadienne autour de soi.

Avis client

Il y a une autre Highlights qui fait la part belle à la preuve sociale.

On retrouve là des avis clients, compiler dans une petite créa vidéo, c’est très malin pour faire ressortir des bons retours sur sa marque.

Service client

On retrouve une Highlight Story service client

Et la marque explique alors que le service client fait partie de son ADN, c’est une marque qui aime conseiller et apporter une expertise à ses clients. Et on retrouve à la fin un numéro de téléphone auquel on peut les contacter.

Infos sur la garantie

La marque utilise une Highlight pour mettre en avant sa garantie a vie.

Encore une fois c’est une information qui porte sur les produits et qui est là pour répondre à une question des clients.

Le 3 fois sans frais

Dans son dernier Highlight la marque va aller encore plus loin puisqu’elle va aller jusqu’à mettre en avant des conditions de paiement.

Elle présente dans ce dernier Highlight la possibilité de payer en trois fois sans frais.

Des hightlights Stories pour présenter son offre de valeur

@megeve_officiel

Logements
Activités
Restaurants
Expositions

Des highlights Stories pour souligner les piliers de contenu

Biocoop : stratégie Brand content

La page Insta de la Biocoop

La biocoop a fait un choix complètement différent.

À mon goût du côté de la biocoop on a un petit peu trop de Highlights. On perd du coup un petit peu en lisibilité.

Cependant ce que je trouve ultra intéressant c’est qu’on a une grande majorité de ses Highlights qui sont en écho au Why de la biocoop.

Les saisons

Ils ont par exemple une Highlight qui met en avant tous les légumes et fruits qu’on peut consommer en fonction du mois dans le quel on est.

En plus c’est très cool car il y a un Swype up, qui nous emmène sur une page de leur site on va retrouver plus d’informations sur le mois sur lequel on a cliqué.

Les paysans associés

Il y a une autre Highlights qui présente des paysans qui travaille avec la biocoop.

C’est ultra intéressant car il met en avant les agriculteurs qui sont rarement visible, mais ils font le lien entre ces agriculteurs et les consommateurs.

Une Highlight sur leur RSE

La marque nous présentes dans une petite série de vidéos photos avec des quiz au milieu tout ce qu’elle met en place au niveau local, comme aider un producteur en difficulté ou installer des cantine bio…

Une fois de plus on est autour de leur why.

C’est aussi la stratégie de The North Face.

La page Instagram. de The North Face

Innovation (très belle présentation de produits)
Inspiration (des extraits issus de vidéo Youtube long format)
Engagements (comment la marque s’ngage sur des sujets RSE)
Communautés (Un push vers des playlist Spotify)

Des highlights Stories pour pousser ses différentes chanels

C’est en général la stratégie retenue par de nombreux créateurs de contenu qui souhaitent séparer le type de contenu qu’ils créent (podcasts, blogs, vidéos, etc.).

Ceci est utile si vous souhaitez mettre en évidence une chaîne ou une typologie de contenu particulière. C’est également utile si votre public préfère un moyen facile de trouver ces chaînes s’il recherche votre podcast ou votre événement.

@cliquetv

Le podcast
Clique x
L’hebdo
L’émission sur Canal plus

Des highlights Stories pour ses events de marque

Si vous organisez de nombreux événements, vous voudrez peut-être envisager d’organiser vos highlights Stories par nom ou date de l’événement. C’est particulièrement utile si vous souhaitez permettre aux gens de consulter facilement vos événements passés ou de trouver des articles et des histoires liés à un événement en cours.

C’est notamment le cas de @dynastarskis

Free Word Tour

. . .

Le Super Daily est le podcast quotidien sur les réseaux sociaux. Il est fabriqué avec une pluie d’amour par les équipes de Supernatifs.

Nous sommes une agence social media basée à Lyon. Nous aidons les entreprises à créer des relations durables et rentables avec leurs audiences. Nous inventons, produisons et diffusons des contenus qui engagent vos collaborateurs, vos prospects et vos consommateurs.

Juste un truc avant de partir...

Abonne-toi à la newsletter et reçois tous les 15  jours l'actualité social media directement dans ta boîte mail. Rien de spammy, que du bon. Promesse !